November 20, 2019 / 10:39 AM / 19 days ago

2020, année à choix multiples, selon UBS

PARIS (Reuters) - L’année 2020 s’annonce fertile en incertitudes et sera déterminée par les choix que feront les décideurs politiques, les électeurs et les investisseurs, dit-on chez UBS.

L'année 2020 s'annonce fertile en incertitudes et sera déterminée par les choix que feront les décideurs politiques, les électeurs et les investisseurs, dit-on chez UBS. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann

L’année qui s’achève a été marquée par le ralentissement de la croissance aux Etats-Unis, en Europe et en Chine, bien que le marché du travail et la consommation soient demeurés relativement sains, rappelle Mark Haefele, directeur des investissements de gestion de fortune pour la banque suisse.

Cette croissance faible devrait perdurer en 2020, le monde s’ajustant à de nouvelles réalités politiques, avec trois choix qui s’annoncent décisifs, poursuit-il dans une note publiée mercredi.

Le premier de ces choix concerne les élections à venir aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne avec, dans les deux cas, des confrontations idéologiques et des enjeux forts.

Le deuxième se rattache au conflit entre les Etats-Unis et la Chine, qui dépasse le cadre du commerce et ne devrait pas disparaître l’an prochain, même si les deux camps pourraient vouloir réduire la tension en concluant un accord transitoire.

Le troisième choix, toujours selon Mark Haefele, est entre les mains des banques centrales, qui devront trouver la bonne articulation entre une politique monétaire qui a atteint ses limites et une politique budgétaire qu’ils appelleront à la rescousse.

Dans ce contexte, les investissements les moins exposés aux enjeux politiques sont à privilégier, selon UBS.

Les stratèges de la banque suisse recommandent la diversification, notamment aux Etats-Unis, où les secteurs de la technologie, de l’énergie, de la finance et de la santé pourraient connaître des épisodes de volatilité.

Avec la montée du protectionnisme, les entreprises qui reposent sur la demande intérieure et les dépenses de consommation paraissent plus résistantes que celles exposées à l’export et condamnées à investir lourdement, lit-on dans la note.

Du côté des actions, UBS privilégie les titres de qualité offrant un dividende (“value”) aux entreprises à forte croissance mais plus exposées au cycle économique (“growth”).

En ce qui concerne l’obligataire, les obligations les plus sûres offrent un rendement faible et les risques augmentent chez certains émetteurs de dette à haut rendement, soulignent les experts de la banque suisse, qui recommandent la dette souveraine émergente libellée en dollar.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below