November 3, 2019 / 11:17 AM / 19 days ago

Saudi Aramco donne le coup d'envoi de son introduction en bourse

PARIS (Reuters) - Saudi Aramco a donné dimanche le coup d’envoi officiel de son introduction en bourse sans dévoiler pour l’heure le calendrier détaillé de l’opération ni la part du capital destinée à être mise sur le marché.

Saudi Aramco a donné dimanche le coup d'envoi officiel de son introduction en bourse sans dévoiler pour l'heure le calendrier détaillé de l'opération ni la part du capital destinée à être mise sur le marché. /Photo prise le 12 octobre 2019/REUTERS/Maxim Shemetov

L’Arabie saoudite espère lever de 20 milliards à 40 milliards de dollars (18 milliards d’euros à 36 milliards d’euros) en plaçant en bourse de Ryad 1% à 2% du capital de sa compagnie pétrolière, dit-on de sources au fait du dossier.

Si ces chiffres se confirment, il s’agira de la plus importante IPO jamais réalisée dans le monde par la valorisation donnée au géant de l’énergie.

L’entreprise a précisé dans un communiqué que l’introduction se ferait en deux tranches, l’une réservée aux investisseurs institutionnels, l’autre aux particuliers.

L’officialisation de dimanche intervient moins de deux mois après des attaques contre ses sites de ses sites d’Abkaïk et de Khouraïs, le 14 septembre, ce qui montre à quel point Ryad tient à cette introduction en bourse.

Celle-ci s’inscrit dans un ensemble plus vaste de réformes voulues par le prince héritier Mohamed ben Salman (“MBS”) et destinées à réduire la dépendance de l’Arabie saoudite à ses ressources pétrolières.

Aramco prévoit de publier le prospectus de sa cotation le 9 novembre, a déclaré le directeur général, Amin Nasser, lors d’une conférence de presse. Selon le président Yasir al-Rumayyan, qui s’est exprimé lors de la même conférence de presse, il est encore trop tôt pour se faire une idée précise de la valorisation de l’entreprise.

Avec une valorisation de 1.500 milliard de dollars, Aramco pèserait au moins 50% de plus que les deux groupes les mieux cotées aujourd’hui, Microsoft et Apple, qui se situent tous deux autour d’un milliard de dollars.

Ce chiffre de 1.500 milliards de dollars est celui que retiennent certains banquiers, experts et hauts cadres au sein d’Aramco même si Mohamed ben Salman a fixé en 2016 un objectif de 2.000 milliards de dollars.

Les préoccupations climatiques et l’importance nouvelle donnée aux technologies “vertes” ont conduit des gestionnaires de fonds, en Europe et aux Etats-Unis notamment, à se détourner ces dernières années des secteurs pétrolier et gazier.

Saeed Azhar et Davide Barbuscia version française Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below