October 24, 2019 / 5:58 PM / a month ago

Michelin résiste au troisième trimestre à la forte dégradation des marchés

Michelin a résisté au troisième trimestre à la forte dégradation de la demande en pneumatiques observée à travers le monde, ses réductions de coûts et sa politique de montée en gamme lui permettant de confirmer ses prévisions 2019. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi

PARIS (Reuters) - Michelin a résisté au troisième trimestre à la forte dégradation de la demande en pneumatiques observée à travers le monde, ses réductions de coûts et sa politique de montée en gamme lui permettant de confirmer ses prévisions 2019.

Le groupe clermontois a réalisé sur les trois derniers mois des ventes nettes de 6,115 milliards d’euros, en hausse de 8,9% en données publiées, soit +2,3% à périmètre et taux de changes constants.

“On fait un très bon troisième trimestre, aidé par le change et les acquisitions, mais notre message est de dire: attention, les volumes du périmètre organique sont en baisse et nous voyons un certain nombre de nuages s’accumuler”, a déclaré le directeur financier Yves Chapot au cours d’une téléconférence de presse.

Sur les neuf premiers mois de l’année, la croissance du chiffre d’affaires atteint 10,4%, mais elle n’est que de 1,3% à périmètre et changes constants. Signe de la dégradation de la demande, les volumes ont baissé de 0,8% tandis que le prix-mix a eu une effet positif de 2,1 points de pourcentage, reflet des hausses de prix engagées par le groupe et de la forte croissance des pneus premium de 18 pouces et plus.

“L’évolution des marchés poids lourds en particulier, très liée au marché du transport et à l’activité industrielle, aux marchés de la construction qui se sont dégradés pendant l’été, nous incite toutefois à une certaine prudence”, a ajouté Yves Chapot.

Michelin a ainsi abaissé sa prévision de marché pour les pneus poids lourds (-4% attendu en 2019 contre -2% jusqu’à présent), pour l’équipement des voitures neuves à leur sortie d’usine (-6% attendu en 2019, contre -4,4% jusqu’à présent) et même pour les marchés de spécialité (notamment agricoles et de BTP), attendus stables et non plus en hausse de 2% environ.

Aucun rebond ne se profile en 2020 puisque dans une présentation, Michelin a ajouté prévoir des marchés au mieux stables l’an prochain, et au pire en baisse de 2%.

Sur le marché première monte poids lourds - les pneus que chaussent les camions neufs à leur sortie d’usine - la baisse est générale au 30 septembre, hormis au Brésil et dans le reste de l’Amérique du Sud.

Dans le cadre de l’ajustement de ses capacités de production, Michelin a annoncé début octobre son intention de fermer d’ici fin 2020 son usine de pneus poids lourds de La Roche-sur-Yon (Vendée).

Edité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below