October 24, 2019 / 12:30 PM / 20 days ago

Wall St attendue en légère hausse, l'Europe monte avant la BCE

PARIS (Reuters) - Wall Street devrait ouvrir dans le vert jeudi tandis que les Bourses européennes progressent légèrement à mi-chemin, soutenues par plusieurs publications de résultats jugées encourageantes en attendant la dernière conférence de presse de Mario Draghi en tant que président de la Banque centrale européenne (BCE).

Les Bourses européennes progressent légèrement à mi-chemin. À Paris, le CAC 40 gagne 0,51% à 5.682,20 points à 11h00 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,6% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,96%. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

Les contrats sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse d’environ 0,1% pour le Dow Jones et le Standard & Poor’s 500 et de 0,4% pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,51% à 5.682,20 points à 11h00 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,6% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,96%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,66%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,46% et le Stoxx 600 de 0,63%.

Les actions européennes ont brièvement réduit leurs gains après la publication des premiers résultats, inférieurs aux attentes, des enquêtes mensuelles d’IHS Markit auprès des directeurs d’achats de la zone euro, l’indice PMI “flash” composite ressortant à 50,2 alors que le consensus le donnait à 50,3.

“L’économie de la zone euro reste au bord de la stagnation à l’orée du quatrième trimestre”, constate dans une note Rosie Colthorpe, économiste d’Oxford Economics. “La dernière réunion du Conseil de la Banque centrale européenne présidée par Mario Draghi sera donc marquée par une économie pratiquement à l’arrêt.”

La réunion de la BCE est en effet l’autre grand rendez-vous économique du jour: si les investisseurs n’attendent aucune modification de la politique monétaire après celles annoncées en septembre, ils seront attentifs à la dernière conférence de presse de Mario Draghi avant la fin de sa présidence et son remplacement par Christine Lagarde.

L’événement éclipse temporairement les incertitudes liées au Brexit: les 27 pays partenaires de Londres n’ont pas encore pris de décision sur un report de la sortie du Royaume-Uni de l’Union et dans l’entourage du Premier ministre britannique, Boris Johnson, on assure que le pays finira par quitter l’Union européenne selon les termes de l’accord négocié avec Bruxelles.

VALEURS EN EUROPE

La journée est l’une des plus chargées du trimestre en matière de publications de résultats, avec des impacts boursiers très tranchés dans certains cas: Daimler gagne ainsi 3,97%, la plus forte hausse de l’EuroStoxx 50, après l’annonce d’une hausse de 8% de son bénéfice d’exploitation au troisième trimestre alors qu’à l’inverse, Nokia chute de 19,7%, de loin la plus mauvaise performance du Stoxx 600, après avoir abaissé ses prévisions pour cette année et l’an prochain.

A Paris, STMicroelectronics s’adjuge 5,95% après des trimestriels supérieurs aux attentes alors que TechnipFMC dégringole de 9,99% faute d’avoir répondu aux attentes des analystes.

A noter aussi, la progression de 9,59% d’Atos. Le groupe informatique, qui a confirmé ses objectifs 2019, a annoncé la scission des fonctions de président et de directeur général en raison du départ programmé de son PDG actuel, Thierry Breton, nouveau candidat de Paris au poste de commissaire européen réservé à la France.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

A New York, on surveillera entre autres les réactions des investisseurs aux résultats publiés mercredi soir par Tesla (un bénéfice inattendu qui a fait bondir le titre dans les échanges hors séance) et par Microsoft dont la prévision de chiffre d’affaires dans le “cloud” dépasse le consensus.

TAUX

Les marchés obligataires européens sont orientés à la baisse après les PMI “flash”, avec pour conséquence une remontée des rendements, à -0,38% pour le Bund allemand à dix ans et -0,082% pour son équivalent français.

Les investisseurs attendent maintenant les annonces de la BCE, à l’affût entre autres de précisions sur la mise en oeuvre des mesures d’assouplissement annoncées en septembre et de déclarations de Mario Draghi sur les tensions qu’elles ont suscitées au sein de la BCE.

CHANGES Le dollar est pratiquement inchangé face à un panier de devises de référence, l’attention des cambistes étant tournée pour l’essentiel vers l’Europe.

L’euro est quasi stable face au billet vert autour de 1,1130 en attendant les décisions et la conférence de presse de la BCE; il a brièvement cédé du terrain pour revenir à 1,1125 après les indices PMI “flash”.

La couronne suédoise gagne 0,3% face à la monnaie unique comme face au dollar après la confirmation par la Riksbank, la banque centrale de Suède, de son intention de relever son taux directeur en décembre. A l’inverse, la couronne norvégienne recule après les déclarations de la Norges Bank augurant d’une stabilité de son principal taux d’intérêt.

La livre sterling, elle, recule d’environ 0,2% face au dollar et à l’euro mais reste proche de son récent pic de cinq mois et demi.

PÉTROLE

Les cours du pétrole reculent, l’impact baissier des indices PMI “flash” en Europe l’emportant sur celui de la diminution inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis.

Le Brent abandonne 0,36% à 60,95 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 0,61% à 55,63 dollars.

Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below