September 27, 2019 / 11:45 AM / 3 months ago

Petite hausse en vue à Wall St, les actions montent en Europe

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en légère hausse vendredi et les Bourses européennes progressent à mi-séance, soutenues par les espoirs de détente entre les Etats-Unis et la Chine sur le commerce ainsi que par les valeurs minières cotées à Londres grâce à la baisse de la livre sterling.

Wall Street est attendue en légère hausse vendredi et les Bourses européennes progressent à mi-séance. À Paris, le CAC 40 gagne 0,23% à 11h25 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,86% et à Londres, le FTSE 100 avance de 1,13%. /Photo prise le 19 septembre 2019/REUTERS/Lucas Jackson

Les contrats à terme sur les principaux indices américains signalent une ouverture en progression d’environ 0,2%.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,23% à 5.633,30 points à 11h25 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,86% et à Londres, le FTSE 100 avance de 1,13%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,47%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,38% et le Stoxx 600 de 0,52%.

En Asie, la tendance a souffert de plusieurs mauvaises nouvelles, de l’avertissement du géant américain des mémoires informatiques Micron Technology aux informations sur le risque de durcissement de la position américaine sur le dossier Huawei, venues s’ajouter aux interrogations suscitées par la procédure de destitution visant Donald Trump, dossier dans lequel la presse américaine multiplie les révélations.

Ces facteurs ont éclipsé les déclarations à Reuters du ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, saluant la bonne volonté américaine sur le commerce.

La séance à Wall Street sera animée entre autres par les chiffres mensuels des revenus et dépenses des ménages américains, qui incluent l’indice des prix PCE, surveillé de près par la Réserve fédérale.

Les principaux indices européens se dirigent vers une performance hebdomadaire négative après cinq semaines consécutives de hausse.

VALEURS EN EUROPE

L’indice Stoxx européen des ressources de base affiche de loin la meilleure progression sectorielle du jour, un gain de 1,64%, grâce à la baisse de la livre sterling, qui dope les cours des grands groupes miniers cotés à Londres: Anglo American gagne 2,41%, Glencore 2,22% et BHP Group 1,52%. A Paris, Arcelormittal figure parmi les plus fortes hausses du CAC 40 avec une hausse de 2,07%.

Le secteur automobile (+1,13%) profite des espoirs de compromis entre Washington et Pékin sur le commerce.

A la baisse, les secteurs défensifs cèdent du terrain: les services aux collectivités (“utilities”) abandonnent 0,43%, la santé 0,07%.

Dans l’actualité des fusions-acquisitions, à Francfort, Osram prend 2,71% après le relèvement de l’offre d’achat de l’autrichien AMS, à 41 euros par action.

TAUX

Les rendements des emprunts d’Etat des principaux pays de la zone euro varient peu sur la séance mais s’acheminent vers un net recul sur l’ensemble de la semaine, de l’ordre de cinq points de base pour celui du Bund allemand à dix ans (-0,579%) et de sept à 12 points pour ceux des titres à dix ans français et espagnols.

Ce mouvement reflète notamment les inquiétudes persistantes suscitées par la dégradation de la croissance, encore illustrées ce vendredi par la baisse de l’indice du sentiment économique en zone euro.

Le taux d’inflation anticipé “à cinq ans dans cinq ans” dans la zone euro, un baromètre très suivi des anticipations des investisseurs en matière d’évolution à long terme des prix, est par ailleurs revenu à son plus bas niveau depuis juillet à 1,188%.

Sur le marché britannique, le rendement à dix ans recule de près de deux points à 0,503% après les propos de Michael Saunders, l’un des membres du comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre, sur la possibilité d’une baisse de taux en cas de persistance de l’incertitude liée au Brexit.

CHANGES

La perspective d’une baisse des taux britanniques dans les prochains mois fait aussi baisser la livre sterling, qui cède près de 0,2% face au dollar et 0,3% à l’euro.

La monnaie unique est en légère hausse face au dollar à 1,0937 après être tombée en tout début de journée à 1,0906, son plus bas niveau depuis mai 2017.

PÉTROLE

Les cours du brut creusent leurs pertes, à 61,93 dollars le baril pour le Brent et 55,85 dollars pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI), après les informations du Wall Street Journal selon lesquelles l’Arabie saoudite a accepté un cessez-le-feu partiel au Yémen.

Le marché était auparavant freiné par l’annonce d’une baisse des bénéfices dans l’industrie en Chine en août.

Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below