September 23, 2019 / 11:58 AM / 2 months ago

Calme en vue à Wall St, l'Europe et les taux lestés par les PMI

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en sans grand changement tandis que les Bourses européennes évoluent en nette baisse lundi à mi-séance, pénalisées par les chiffres inférieurs aux attentes des indices PMI, qui favorisent aussi le repli des rendements obligataires et de l’euro.

Wall Street est attendue en sans grand changement tandis que les Bourses européennes évoluent en nette baisse lundi à mi-séance. À Paris, le CAC 40 recule de 0,93% vers 11h15 GMT. À Francfort, le Dax perd 1,04% après avoir touché un plus bas de deux semaines. À Londres, le FTSE cède 0,5%. /Photo prise le 20 septembre 2019/REUTERS

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture proche de l’équilibre à Wall Street, qui ne semble pas affectée par la morosité des marchés européens: le Dow Jones devrait ouvrir sur une note stable, le S&P-500 pourrait prendre 0,1%, le Nasdaq gagnerait 0,2%.

À Paris, le CAC 40 recule de 0,93% à 5.637,73 points vers 11h15 GMT. À Francfort, le Dax perd 1,04% après avoir touché un plus bas de deux semaines. À Londres, le FTSE cède 0,5%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,76%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,92% et le Stoxx 600 de 0,75%.

Les premiers résultats des enquêtes mensuelles d’IHS Markit auprès des directeurs d’achats (PMI) montrent une contraction plus marquée qu’anticipé de l’activité manufacturière dans la zone euro et une dégradation de la croissance de celle des services. En Allemagne, l’activité du secteur privé s’est ainsi contractée en septembre pour la première fois depuis six ans et demi et en France, elle subit un ralentissement inattendu.

“Les PMI d’aujourd’hui sont cohérents avec une croissance de 0,1% seulement du PIB de la zone euro au troisième trimestre”, estime Oxford Economics. “Des chiffres aussi faibles vont accroître la pression à la fois en faveur d’un soutien budgétaire et de nouveaux soutiens de la BCE à une économie en difficulté.” Ces nouveaux signes plus marqués qu’attendu de détérioration de la conjoncture s’ajoute aux inquiétudes persistantes sur les négociations commerciales entre Washington et Pékin. L’annulation d’une visite de la délégation chinoise dans des exploitations agricoles américaines éloigne la perspective d’une résolution prochaine du conflit commerciale.

Les investisseurs suivront à partir de 13h00 GMT l’audition de Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), au Parlement européen. LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

CHANGES

Après les chiffres décevants des PMI flash allemands, l’euro a reculé, tombant à 1,0975 dollar, son plus bas niveau depuis plus d’une semaine.

L’indice dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence en profite pour prendre 0,22%.

TAUX

Les chiffres des PMI “flash” en zone euro provoquent aussi une baisse marquée des rendements des emprunts d’Etat de la région. Celui du Bund allemand à dix ans perd plus de six points de base pour tomber à -0,583%, au plus bas depuis le 12 septembre, et son équivalent français fléchit à -0,288%.

Le dix ans américain suit le mouvement et revient sous 1,7%.

VALEURS EN EUROPE

Les signes de ralentissement de l’activité en Europe affectent la majorité des grands secteurs de la cote comme les ressources de base (-1,98%), l’automobile (-2,35%) et les banques (-2,32%), qui sont par ailleurs touchées par la baisse des rendements d’Etat.

A Paris, ArcelorMittal chute de 5,31%, sa plus forte baisse journalière depuis la mi-août. PSA, Renault, BNP Paribas et Société générale perdent environ 3%.

Dans le secteur du tourisme et du transport aérien, l’annonce de la faillite du britannique Thomas Cook profite à son concurrent direct TUI (+6,81%), en tête du Stoxx 600 devant la compagnie à bas coûts Easyjet (+2,79%).

PÉTROLE

Les cours pétroliers sont en baisse, réagissant à une information selon laquelle l’Arabie saoudite rétablira complètement sa production en début de semaine prochaine après le bombardement de deux de ses installations le 14 septembre.

Le Brent revient vers le seuil de 64 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) perd 0,34% à 57,89 dollars.

Édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below