September 18, 2019 / 6:28 PM / 3 months ago

USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine

WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale américaine a réduit mercredi son principal taux d’intérêt directeur d’un quart de point, sa deuxième baisse en moins de deux mois, mais elle a donné peu d’indices sur ses intentions pour les prochains mois.

La Réserve fédérale américaine a réduit mercredi son principal taux d'intérêt directeur d'un quart de point, sa deuxième baisse en moins de deux mois, mais elle a donné peu d'indices sur ses intentions pour les prochains mois. /Photo d'archives/REUTERS/Leah Millis

L’objectif de taux des fonds fédéraux (“fed funds”) est ramené entre 1,75% et 2%, comme attendu par la majorité des économistes et analystes interrogés la semaine dernière par Reuters.

La Fed cessera de baisser les taux “quand nous penserons que nous en avons fait assez”, a dit le président de l’institution, Jerome Powell, lors d’une conférence de presse.

Il expliqué que les perspectives de l’économie américaine restaient “favorables” mais que la Fed avait décidé de baisser de nouveau les taux “afin de fournir une assurance contre les risques actuels”, parmi lesquelles figurent la faiblesse de la croissance mondiale et la montée des tensions commerciales.

“Si l’économie finit par s’orienter à la baisse, alors une séquence de baisses de taux plus importante pourrait être appropriée”, a-t-il ajouté.

“Nous serons très dépendants des indicateurs (...) Nous ne sommes pas engagés sur un chemin tracé à l’avance.”

La baisse du taux des “fed funds” a été votée par sept voix contre trois: James Bullard, le président de la Fed de St. Louis, s’est prononcé en faveur d’une baisse de taux de 50 points de base tandis qu’Esther George et Eric Rosengren, ses homologues de Kansas City et Boston, auraient préféré le statu quo.

La banque centrale des Etats-Unis a parallèlement accru l’écart entre le taux auquel elle rémunère les réserves excédentaires des banques et le haut de la fourchette du taux des “fed funds” dans le but de réduire les tensions sur les marchés monétaires qui l’ont obligé à intervenir mardi et mercredi.

NOUVELLES CRITIQUES DE TRUMP

Wall Street a creusé ses pertes après le communiqué mais a fini au-dessus de ses plus bas, rassurée par les déclarations de Jerome Powell selon lesquels la Fed est prête à mener une politique “agressive” en cas de besoin.

“Il a fait du très bon travail en communiquant sur l’idée qu’il s’agissait d’un ajustement de milieu de cycle mais qu’évidemment, la Fed était prête à agir si elle devait faire plus”, résume Mike O’Rourke, responsable de la stratégie de marché de JonesTrading.

Le Dow Jones et le Standard & Poor’s 500 ont clôturé en légère hausse tandis que le Nasdaq limitait son repli à 0,11%.

Le dollar, lui, a gagné du terrain face aux autres grandes devises et l’euro se traitait autour de 1,1030 dollar contre plus de 1,1060 avant le communiqué. Quant au rendement des bons du Trésor américain à dix ans, il est remonté à près de 1,8% contre moins de 1,75% avant les annonces de la banque centrale.

Le président Donald Trump, qui réclame depuis des mois à la Réserve fédérale une forte baisse des taux, voire des taux négatifs, a critiqué la décision de mercredi, jugeant que la banque centrale n’avait “ni ‘tripes’, ni sens, ni vision”.

“Jay Powell et la Réserve fédérale Echouent à Nouveau”, a-t-il ajouté.

TENSION SUR LE MARCHÉ MONÉTAIRE

La médiane des nouvelles prévisions des responsables de la Fed prévoit que le taux des “fed funds” restera stable jusqu’à la fin 2020 mais sept des 17 membres du Federal Open Market Committee (FOMC) ont dit prévoir une baisse de taux supplémentaire avant la fin de cette année, signe que le comité de politique monétaire reste divisé.

La Fed avait déjà réduit le taux des “fed funds” d’un quart de point le 31 juillet, sa première baisse depuis plus de dix ans. Cette décision avait été adoptée par huit voix contre deux.

Le président de la Fed, Jerome Powell, avait alors évoqué un ajustement de “milieu de cycle” de la politique monétaire laissant ainsi entendre que la banque centrale n’entendait pas s’engager dans un cycle prolongé de baisse des taux.

La réduction du taux de rémunération des réserves excédentaires des banques, ramené à 1,80%, vise par ailleurs à faire face aux tensions observées ces derniers jours sur le marché monétaire américain, une situation inédite depuis la crise financière de 2007-2009.

Ces tensions ont conduit la Fed de New York a injecter 53 milliards de dollars de liquidités mardi et 75 milliards supplémentaires mercredi dans le système bancaire pour compenser la hausse du taux de prise en pension (repo) à 24 heures.

Ce taux est monté mardi jusqu’à 10%, soit quatre fois le taux des “fed funds”. Et le taux effectif des fonds fédéraux, censé évoluer dans la fourchette de 2% à 2,25% fixée par la banque centrale, a atteint 2,3%.

Jerome Powell a reconnu que les tensions sur le marché monétaire étaient plus fortes qu’anticipé et qu’elles pourraient conduire la Fed à reprendre “plus tôt” que prévu l’augmentation de la taille de son bilan.

Howard Schneider et Ann Saphir; Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below