March 13, 2019 / 10:20 AM / 2 months ago

EssilorLuxottica: Le 1er actionnaire s'efforce d'apaiser les craintes

MILAN (Reuters) - Le principal actionnaire d’EssilorLuxottica s’est efforcé mercredi d’apaiser les inquiétudes sur la gouvernance du nouveau groupe franco-italien en déclarant qu’il n’insisterait pas pour que son bras droit devienne directeur général.

Le principal actionnaire d'EssilorLuxottica s'est efforcé mercredi d'apaiser les inquiétudes sur la gouvernance du nouveau groupe franco-italien en déclarant qu'il n'insisterait pas pour que son bras droit devienne directeur général. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi

Les sociétés française Essilor et italienne Luxottica ont fusionné en octobre pour créer le numéro un mondial des lunettes et verres optiques. Les analystes estiment que la répartition des pouvoirs au sein du nouveau groupe n’est pas claire et que des tensions pourraient saper le processus d’intégration.

Le groupe vient de se mettre en quête d’un nouveau directeur général, qui devrait être nommé d’ici la fin 2020.

“C’est essentiel pour l’exécution du plan. Nous pensons que cela devrait être une priorité qui ne peut pas attendre jusqu’en 2020”, ont commenté les analystes du courtier Equita dans une note de recherche.

Leonardo Del Vecchio, fondateur de Luxottica et maintenant principal actionnaire et président exécutif du groupe fusionné, avait semblé laisser entendre en novembre qu’il souhaitait que son bras droit Francesco Milleri obtienne le poste de directeur général, une perspective qui a contrarié la partie française.

Leonardo Del Vecchio, qui a 83 ans, détient 32% du capital d’EssilorLuxottica.

Ces commentaires de novembre “ne doivent pas être interprétés comme une volonté de nommer Francesco Milleri au poste de directeur général d’EssilorLuxottica”, a déclaré mercredi un porte-parole de Leonardo Del Vecchio.

Le porte-parole a ajouté que Leonardo Del Vecchio souhaitait transférer certaines fonctions opérationnelles à Francesco Milleri, afin de pouvoir se concentrer davantage sur les questions stratégiques.

Le Financial Times avait auparavant rapporté que les parties française et italienne poussaient leurs propres candidats pour le poste de directeur général.

Le porte-parole a déclaré que donner des attributions supplémentaires à Francesco Milleri ne modifierait pas l’équilibre des pouvoirs avec la partie française et n’affecterait pas non plus la recherche du futur directeur du groupe.

Selon les termes de la fusion, Leonardo Del Vecchio et Hubert Sagnières, PDG d’Essilor, se partagent les pouvoirs pour les trois premières années.

“Delfin (la holding de Leonardo Del Vecchio, NDLR) veut respecter tous les accords de fusion”, a dit le porte-parole.

EssilorLuxottica s’est refusé à tout commentaire.

En Bourse à Paris, le titre EssilorLuxottica cédait environ 0,2% en milieu d’après-midi, à comparer à un gain de 0,4% pour l’indice CAC 40.

Claudia Cristoferi, Catherine Mallebay-Vacqueur et Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below