March 11, 2019 / 9:20 AM / 8 days ago

Rebond des Bourses européennes mais les doutes demeurent

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes tentent un rebond lundi dans la matinée après avoir souffert d’un regain d’inquiétudes sur la conjoncture économique mondiale qui oblige les banques centrales à réagir.

Les principales Bourses européennes tentent un rebond lundi dans la matinée. À Paris, l'indice CAC 40 avance de 0,07% vers 09h05 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,16% et à Londres, le FTSE gagne 0,73%. /Photo prise le 12 février 2019/REUTERS/Kai Pfaffenbach

Ces craintes devraient continuer à alimenter la prudence avant une semaine qui sera marquée par ailleurs par une série de votes au Parlement britannique sur le Brexit.

À Paris, l’indice CAC 40 avance de 0,07% à 5.234,81 points vers 09h05 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,16% et à Londres, le FTSE gagne 0,73%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 0,13%, le FTSEurofirst 300 s’octroie 0,23% et le Stoxx 600 monte de 0,18%.

Une série d’indicateurs décevants aux Etats-Unis, en Europe et en Chine a alimenté les doutes sur la croissance économique mondiale, des inquiétudes qui ont été encore renforcées par le ton plus accommodant que prévu adopté par la Banque centrale européenne.

Les statistiques du jour en Allemagne confortent d’ailleurs le positionnement très prudent de la BCE: la production industrielle a reculé de 0,8% en janvier, dénotant un début d’année difficile pour l’économie allemande après avoir échappé de peu à la récession fin 2018. Selon le Handelsblatt, le gouvernement fédéral allemand a abaissé en interne sa prévision de croissance 2019 à 0,8%, sa deuxième révision en moins de deux mois.

Les investisseurs surveilleront aussi plusieurs statistiques aux Etats-Unis, dont les chiffres des prix à la consommation, mardi, et de la production industrielle, vendredi, après la forte déception accusée sur le rapport sur l’emploi américain.

Au programme également, le Parlement britannique s’exprimera une nouvelle fois mardi sur le plan de sortie de l’Union européenne présenté par la Première ministre Theresa May, qui pourrait faire face à un nouveau rejet.

Si l’accord est à nouveau rejeté, Theresa May a fait savoir que les députés auraient la possibilité de voter mercredi et jeudi sur deux autres options : une sortie sans accord ou un court report du Brexit, programmé à la date du 29 mars.

VALEURS

En tête du Stoxx 600, Commerzbank grimpe de 4,46% en réaction aux informations selon lesquelles le conseil d’administration de Deutsche Bank (+2,28%) a décidé d’entamer des discussions avec sa consoeur en vue d’une éventuelle fusion.

Selon des observateurs, un rapprochement entre les deux banques en difficulté donnerait au nouvel ensemble une part de marché de 20% dans la banque de détail en Allemagne.

A Paris, Genfit (+4,54%) profite d’avancées sur son programme dans la NASH et Eurazeo (+2,2%) bénéficie d’un relèvement du conseil de Société générale à “achat”.

A l’inverse, Safran recule de 1,5%, lanterne rouge du CAC 40, après le crash du Boeing 737 Max 8 de la compagnie Ethiopan Airlines, l’équipementier aéronautique étant le fournisseur, dans le cadre de sa coentreprise avec General Electric, du moteur LEAP-1B utilisé sur cet appareil.

A WALL STREET

Ce nouveau crash d’un Boeing 737 MAX 8, qui intervient après celui de la compagnie Lion Air en octobre dernier, pèse lourdement à Wall Street sur le titre de l’avionneur américain, en baisse de 9% dans les transactions en avant-Bourse.

Ethiopian Airlines a immobilisé tous ses Boeing 737 MAX 8 et les autorités chinoises ont ordonné lundi aux compagnies aériennes du pays de suspendre leurs vols opérés avec cet appareil.

Le repli de Boeing devrait peser sur l’ensemble du Dow Jones lundi, le futures sur l’indice américain signalant un repli de près de 0,8% à l’ouverture, alors que le contrat à terme sur le S&P 500 évolue sur une note stable.

Vendredi, la Bourse de New Tork a terminé en baisse pour la cinquième séance d’affilée après un rapport sur l’emploi jugé très décevant. Le Dow Jones a perdu 0,09%, le S&P-500 a cédé 0,21% et le Nasdaq Composite a reculé de 0,18%.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a terminé en hausse de 0,47% lundi et les Bourses chinoises ont également rebondi après le très fort repli accusé vendredi.

L’indice CSI 300 des grandes capitalisations de Chine continentale a regagné 1,98%, porté par des espoirs de mesures de soutien de la banque centrale pour freiner le ralentissement économique en cours.

Le gouverneur de la Banque populaire de Chine (BPC), Yi Gang, a déclaré dimanche qu’il restait des marges de manoeuvre pour abaisser le ratio de réserves obligatoires des banques. La banque centrale a déjà réduit ce ratio cinq fois en un an.

Par ailleurs, les banques chinoises ont distribué pour 885,8 milliards de yuans (117,3 milliards d’euros) de nouveaux crédits en février, un chiffre en nette baisse par rapport au montant record de 3.230 milliards en janvier, mais cette baisse est probablement liée à des facteurs saisonniers.

TAUX

Le rendement des Treasuries à dix ans remonte à 2,6501% lundi, après être tombé vendredi en séance à un plus de deux mois de 2,607% en réaction aux chiffres de l’emploi américain.

“La publication a été si faible que le marché aurait pu encore réagir de façon plus marquée. Je dirais que les marchés ont réagi de façon relativement calme car il y a des éléments qui suggèrent que la faiblesse est temporaire”, indique Tomoaki Shishido, stratège sur l’obligataire chez Nomura Securities.

En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans se maintient au-dessus de 0,06% et reste proche d’un creux depuis octobre 2016 touché vendredi à 0,048%.

Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, a déclaré lundi auprès du Corriere della Sera que la banque centrale ne faisait que s’ajuster à une nouvelle donne économique et qu’il n’y avait pas besoin de recommencer un programme d’achat d’obligations.

CHANGES

L’”indice dollar”, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence, se stabilise après avoir été pénalisé vendredi par le rapport sur l’emploi américain.

L’euro remonte autour de 1,1245 dollar, s’éloignant du creux à 1,1174 touché jeudi après les annonces de la BCE.

De son côté, la livre sterling est sous pression avant les différents votes sur le Brexit. Elle recule de 0,1% face au dollar, sur la barre de 1,30, après être tombé jusqu’à 1,2947 plus tôt dans les échanges, à un plus bas de trois semaines.

PÉTROLE

En dépit des craintes sur la croissance mondiale, les cours du brut évoluent en hausse lundi, soutenus par des déclarations à Reuters du ministre saoudien chargé des questions pétrolières selon lequel un arrêt des mesures de réduction de la production mises en oeuvre par l’Opep était peu probable avant juin.

Les cours sont aussi portés par l’annonce, vendredi, d’une baisse du nombre d’appareils de forages de pétrole la semaine dernière selon les données de Baker Hughes.

Le baril de Brent évolue à plus de 66 dollars et celui de brut léger américain au-dessus de 56 dollars.

Édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below