December 19, 2018 / 9:55 AM / 3 months ago

L'Europe monte, soulagée sur l'Italie en attendant la Fed

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent dans le vert en matinée mercredi, soutenues entre autres par la perspective de plus en plus nette d’un accord entre Rome et Bruxelles sur le budget 2019 de l’Italie, un élément de soutien bienvenu dans un climat de marché globalement prudent à quelques heures des décisions de la Réserve fédérale américaine.

Les principales Bourses européennes évoluent dans le vert en matinée mercredi. À Paris, le CAC 40 gagne 0,27% à 09h15 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,24% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,46%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

À Paris, le CAC 40 gagne 0,27% à 4.766,96 points à 09h15 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,24% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,46%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,18%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,26% et le Stoxx 600 de 0,16%.

Milan se distingue avec une progression de 1,34%, tirée notamment par les valeurs bancaires. Une source gouvernementale italienne a déclaré mardi soir que le gouvernement s’attendait à une issue positive des discussions avec la Commission européenne sur le budget 2019.

Si ce dossier qui a pesé sur la tendance ces derniers mois semble donc en passe de trouver une solution, la prudence pourrait limiter les progressions jusqu’à la clôture, la préoccupation numéro un des investisseurs restant la politique monétaire américaine.

La Fed doit annoncer à 19h00 GMT sa décision sur les taux d’intérêt et présenter simultanément ses nouvelles prévisions de croissance, d’inflation et de taux de chômage; son président, Jerome Powell, donnera une demi-heure plus tard une conférence de presse au cours de laquelle il pourrait préciser les intentions de la banque centrale en matière de resserrement monétaire pour l’an prochain.

Si tous les économistes et analystes du consensus Reuters prédisent un relèvement d’un quart de point, à 2,25%-2,50%, de l’objectif de taux des “fed funds”, la suite des événements est devenue beaucoup plus floue ces dernières semaines avec les multiples signes de ralentissement de la croissance mondiale, les tensions commerciales, l’aplatissement de la courbe des taux américains et la volatilité accrue des marchés financiers.

La donne a encore été compliquée par les critiques répétées du président américain, Donald Trump, visant la stratégie de hausse de taux.

“La surprise pourrait venir des dots, qui correspondent peu ou prou aux anticipations de relèvements de taux anticipés par les membres de la Fed”, explique Eric Bourguignon, directeur général délégué de Swiss Life Asset Management.

“Beaucoup d’investisseurs estiment ainsi qu’elle ramènera de trois à un, voire à zéro, le nombre de ces relèvements en 2019 et qu’elle pourrait même envisager de réduire ses taux dès 2020 au lieu de les augmenter une ultime fois, un scénario auquel nous n’adhérons pas. La vigueur de l’activité est telle aux Etats-Unis que la Fed n’a en effet aucune raison d’opérer un tel revirement de sa politique monétaire à ce stade.”

VALEURS

Sur les marchés actions européens, la plus forte hausse sectorielle est une nouvelle fois pour l’automobile, qui poursuit son rebond avec une progression de 0,97% pour l’indice Stoxx. Dans une note sur sa stratégie actions, Credit Suisse réaffirme son conseil sur le secteur à “surpondérer”.

Le compartiment de la pharmacie et de la santé prend 0,41%, tiré par le britannique GlaxoSmithKline, qui bondit de 7,13% après l’annonce de la création d’une coentreprise regroupant ses activités de santé grand public avec celles de l’américain Pfizer.

A Milan, l’indice des banques italiennes progresse de 3,12%. UBI Banca gagne 3,58%, Intesa Sanpaolo 3,6% et UniCredit 2,88%.

A la baisse, STMicroelectronics cède 2,27%, la plus forte baisse du CAC 40, après les prévisions inférieures aux attentes de l’américain Micron Technology.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l’indice Nikkei a fini en baisse de 0,6%, au plus bas depuis le 28 mars. La séance a été marquée entre autres par les débuts boursiers difficiles de SoftBank Corp, la filiale de téléphonie mobile de SoftBank, qui a terminé sous son prix d’introduction. [.TFR]

Les marchés chinois ont eux aussi clôturé dans le rouge, avec un repli de 1,05% pour l’indice SSE Composite de Shanghai et de 1,19% pour le CSI 300, qui regroupe les principales capitalisations de Chine continentale.

Outre le verdict de la Fed, les investisseurs en Asie attendent les conclusions de la “Conférence économique” chinoise, qui s’ouvre ce mercredi pour trois jours à Pékin, une réunion des principaux responsables du pays pour faire le point sur la croissance et les réformes.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini sur un rebond timide mardi après deux séances de repli marqué, dans un climat dominé par la prudence à la veille des décisions de la Réserve fédérale et face à la chute de 6% à 8% des cours du baril de pétrole.

L’indice Dow Jones a gagné 0,35%, à 23.675,64 points, le S&P-500 a terminé pratiquement inchangé à 2.546,16 et le Nasdaq Composite a repris 0,45% à 6.783,91 points.

En hausse pendant l’essentiel de la séance, le marché a réduit ses gains peu avant la clôture dans la crainte d’un blocage partiel de l’administration fédérale américaine lié au financement du mur à la frontière mexicaine. [.NFR]

Après la clôture, les valeurs du secteur des semi-conducteurs cédaient du terrain en réaction aux prévisions de résultats inférieures aux attentes de Micron Technology. Ce dernier a perdu jusqu’à plus de 8% avant de ramener son recul autour de 2,8%.

CHANGES

Le dollar reste orienté à la baisse, pénalisé par les spéculations sur la possibilité que la Réserve fédérale signale un ralentissement du rythme de la hausse des taux l’an prochain.

L’”indice dollar”, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises de référence, abandonne 0,3%.

L’euro en profite pour remonter à plus de 1,14 dollar, au plus haut depuis le 10 décembre.

TAUX

Le rendement du Bund allemand à dix ans est pratiquement inchangé à 0,248% mais les rendements italiens, eux, refluent nettement grâce aux espoirs d’accord entre Rome et Bruxelles sur le budget.

Celui de la dette italienne à dix ans recule de près de 12 points de base à 2,828%, tout comme le cinq ans, repassé sous 1,87% pour la première fois depuis fin septembre.

L’écart de rendement (“spread”) entre les BTP et le Bund à dix ans se resserre ainsi de plus de dix points à 257 points.

PÉTROLE

Après trois séances de baisse, les cours du pétrole amorcent un rebond à la faveur de la stabilisation des marchés actions: le Brent gagne 0,75% à 56,68 dollars et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,43% à 46,44 dollars.

Ce dernier a chuté de près de 7,3% sur la seule séance de mardi, au cours de laquelle il a touché son plus bas niveau depuis août 2017.

Le marché attend à 15h30 les chiffres hebdomadaires des stocks aux Etats-Unis. Ceux de l’American Petroleum Institute (API) ont montré mardi une hausse inattendue des réserves de brut.

Édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below