December 18, 2018 / 5:14 PM / 9 months ago

L'Europe baisse, Wall Street rebondit mais le pétrole plonge

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi et tout près de leurs plus bas du jour, la chute des cours du pétrole ayant pris le pas sur le rebond de Wall Street dans un contexte de prudence des investisseurs à la veille des décisions de politique monétaire de la Réserve fédérale.

Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi. À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,95% (45,79 points) à 4.754,08 points. A Londres, le FTSE 100 a perdu 1,06% et à Francfort, le Dax a reculé de 0,29%. /Photo d'archives/REUTERS

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,95% (45,79 points) à 4.754,08 points. A Londres, le FTSE 100 a perdu 1,06% et à Francfort, le Dax a reculé de 0,29%.

L’indice EuroStoxx 50 a cédé 0,77%, le FTSEurofirst 300 0,71% et le Stoxx 600 0,82%.

L’aversion au risque est alimentée entre autres par les incertitudes sur la politique monétaire que suivra la Fed en 2019, une partie des investisseurs estimant que son président, Jerome Powell, pourrait évoquer mercredi lors de sa conférence de presse un ralentissement du rythme de la hausse des taux.

“Les marchés actions (américains) rebondissent aujourd’hui mais le mouvement de hausse n’est motivé par rien de particulier, ce qui est un peu préoccupant car il pourrait correspondre à un mélange entre des achats de couverture et une chasse aux bonnes affaires”, note David Madden, analyste de CMC Markets.

“Les traders gardent en mémoire le repli sévère d’hier et on a l’impression qu’ils veulent tourner la page des annonces de la Fed demain avant de préciser leurs intentions.”

Selon la dernière enquête Bank of America Merrill Lynch auprès des gérants, le pessimisme des investisseurs sur la croissance économique dans les 12 mois à venir est au plus haut depuis dix ans.

VALEURS

Les reculs sectoriels les plus marqués en Europe ont touché le secteur du pétrole et du gaz, qui a cédé 2,47% pour tomber à son plus bas niveau depuis début avril.

A Paris, Total (-2,54%) et TechnipFMC (-2,96%) figurent parmi les plus fortes baisses du CAC.

Le compartiment des services aux collectivités (“utilities”) a abandonné 2,25%, pénalisé entre autres par les compagnies d’électricité britanniques après une recommandation défavorable de l’Ofgem, le régulateur du secteur au Royaume-Uni sur les tarifs. National Grid a chuté de 9,17%, Centrica de 1,88%.

A la hausse, le compartiment de la distribution a repris 0,14% après un recul de 2,7% la veille en réaction à l’avertissement du britannique Asos.

Getlink, l’opérateur du tunnel sous la Manche, a gagné 5,49% après la montée à son capital d’Eiffage (+1,30%).

A WALL STREET

Au moment de la clôture européenne, Wall Street évoluait en hausse, le Dow Jones gagnant 1,05%, le Standard & Poor’s 500 0,63% et le Nasdaq Composite 0,56%.

Les grands indices américains effacent ainsi une partie de leurs pertes des séances précédentes, qui ont ramené lundi le S&P-500 à son plus bas niveau de clôture depuis octobre 2017.

Le rebond profite entre autres des résultats supérieurs aux attentes publiés par le géant des logiciels Oracle (+0,34%) et par le constructeur de camions Navistar (+12,17%).

LES INDICATEURS DU JOUR

En Europe, l’indice Ifo du climat des affaires en Allemagne, en baisse pour le quatrième mois consécutif, est ressorti au plus bas depuis deux ans.

Aux Etats-Unis, les mises en chantier de logements ont rebondi en novembre mais uniquement grâce au segment des immeubles collectifs, celui des maisons individuelles restant en repli.

CHANGES

Sur le marché des changes, le dollar reste orienté à la baisse et a touché à la mi-journée son plus bas niveau depuis une semaine, pénalisé par le débouclage de positions acheteuses à la veille des annonces de la Fed.

Le nouvel appel lancé par le président américain, Donald Trump, à la banque centrale pour qu’elle renonce à relever davantage les taux n’a pas particulièrement aidé le billet vert, qui abandonne 0,08% face à un panier de devises de référence.

L’euro remonte à plus de 1,1360 dollar.

TAUX

Orientés en nette baisse en début de journée avec le repli sur les actifs jugés les moins risqués, les rendements des emprunts d’Etat de référence ont repris des couleurs par la suite.

Celui du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, termine la séance à 0,246% après être tombé à 0,229%, tout près du plus bas de près de sept mois touché la semaine dernière à 0,224%.

Sur le marché américain, le rendement des Treasuries à dix ans est remonté à plus de 2,833% après un plus bas à 2,821%.

PÉTROLE

La perspective d’une divergence accrue entre l’offre et la demande provoque une nouvelle chute des prix du baril: le Brent cède 4,31% à 57,04 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) décroche de 5,49% à 47,14 dollars, au plus bas depuis septembre 2017.

Ce nouvel accès de faiblesse peut s’expliquer par un faisceau de nouvelles défavorables, qu’il s’agisse de la reprise de production du plus important champ britannique, des prévisions de l’administration américaine faisant état d’un pic des pompages de schiste à plus de huit millions de barils par jour ou des données augurant d’une hausse des stocks.

Le Brent et le WTI accusent l’un comme l’autre un repli de plus de 30% depuis début octobre.

A SUIVRE MERCREDI :

la journée sera largement dominée par la fin de la réunion de politique monétaire de la Fed. L’attentisme pourrait donc prévaloir en attendant le communiqué prévu à 19h00 GMT et la conférence de presse de Jerome Powell une demi-heure plus tard.

Édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below