December 14, 2018 / 1:30 PM / 5 months ago

Nouveaux problèmes pour Huawei en France et en Allemagne

FRANCFORT/PARIS (Reuters) - Huawei fait face à de nouveaux problèmes en Europe après les annonces d’Orange, qui ne fera pas appel au groupe chinois de télécoms pour bâtir son réseau de prochaine génération, et de Deutsche Telekom, qui a annoncé un réexamen de sa stratégie en matière de fournisseurs.

Huawei fait face à de nouveaux problèmes en Europe après les annonces d'Orange, qui ne fera pas appel au groupe chinois de télécoms pour bâtir son réseau de prochaine génération, et de Deutsche Telekom, qui a annoncé un réexamen de sa stratégie en matière de fournisseurs. /Photo prise le 6 décembre 2018/REUTERS/Aly Song

Le changement opéré par ces leaders des marchés français et allemand, tous deux partiellement publics, fait suite à la décision de certains alliés des Etats-Unis, Australie en tête, d’exclure Huawei de la construction de leurs réseaux mobiles de cinquième génération (5G) pour des raisons de sécurité nationale.

Les dirigeants américains ont informé leurs alliés que Huawei était à la solde du gouvernement chinois et que ses équipements de réseau pouvait receler des “portes dérobées” susceptibles d’être ouvertes à des fins de cyberespionnage.

Huawei assure que ces inquiétudes sont infondées. Les tensions ont été exacerbées par l’arrestation le 1er décembre au Canada de la directrice financière de Huawei. Meng Wanzhou a été libérée sous caution mardi en attendant son éventuelle extradition vers les Etats-Unis.

“Nous n’avons pas prévu de faire appel à Huawei dans la 5G. Nous travaillons avec nos partenaires traditionnels que sont Ericsson et Nokia”, a déclaré Stéphane Richard, PDG d’Orange, à des journalistes en marge du ‘Show Hello’ organisé par l’opérateur télécoms pour mettre en avant ses innovations.

“Je pense que la question de la sécurité dans l’infrastructure digitale est une question clef et tout à fait légitime”, a-t-il ajouté. “Je comprends tout à fait que les autorités de tous nos pays et les autorités françaises aussi s’en préoccupent beaucoup. Nous aussi.”

En réponse, Huawei a dit qu’il n’était pas fournisseur du réseau 4G existant d’Orange en France et qu’il ne figurerait pas dans les offres 5G du groupe en France. Huawei fournit les réseaux d’Orange hors de France et espère participer à la 5G hors de France, a ajouté le groupe chinois.

EXPOSÉ AUX USA

Deutsche Telekom, qui est le plus grand groupe de télécoms en Europe, a de son côté fait savoir qu’il réexaminait ses plans concernant ses fournisseurs compte tenu du débat sur la sécurité des équipements de réseau chinois en Allemagne et dans les autres marchés européens où il est présent.

“Deutsche Telekom prend très au sérieux le débat mondial sur la sécurité des équipements de réseau des fournisseurs chinois”, a déclaré l’opérateur en réponse à une question de Reuters.

Deutsche Telekom a déjà pour stratégie de travailler avec plusieurs fournisseurs. Il s’appuie principalement sur des équipements d’Ericsson, de Nokia, de Cisco et de Huawei. “Néanmoins, nous réévaluons notre stratégie d’approvisionnement”, a dit le groupe allemand.

Ce changement est important car jusqu’à présent les autorités allemandes ont estimé qu’il n’y avait pas de base légale pour exclure des fournisseurs de la construction des réseaux 5G en réponse aux avertissements de Washington.

Cependant, près de la moitié des revenus de Deutsche Telekom sont générés par sa filiale américaine T-Mobile, rentable et en croissance rapide. Et T-Mobile fait actuellement l’objet d’un examen réglementaire pour son offre de 26 milliards de dollars sur l’américain Sprint Corp.

“Cela ressemble à une stratégie d’apaisement envers le gouvernement américain en raison de la transaction concernant Sprint”, a dit une source chez un concurrent.

Dans le même temps, d’autres acteurs allemands des télécoms qui élaborent des propositions pour participer aux enchères de licences 5G en Allemagne au début 2019 disent poursuivre leurs discussions avec les fournisseurs chinois.

“Nous suivons le débat de très près mais nous ne participerons pas aux spéculations actuelles”, a déclaré Telefonica Deutschland, troisième opérateur d’Allemagne, qui est en relation avec Huawei et ZTE, un autre fournisseur chinois.

United Internet, nouvel entrant potentiel qui se prépare en vue de l’obtention d’une licence 5G, a déclaré être en pourparlers avec deux fournisseurs sur sa stratégie, dont l’un est chinois. Un porte-parole de la société a refusé de donner l’identité du fournisseur mais, selon les médias, il s’agirait de ZTE.

Selon des analystes, les opérateurs télécoms allemands sont fortement dépendants de Huawei, premier équipementier mondial de réseaux, ce qui signifie qu’il leur sera difficile de remplacer son équipement existant ou de se débrouiller sans le groupe chinois pour bâtir leurs réseaux 5G.

“Si les sociétés chinoises étaient exclues, cela réduirait le nombre de fournisseurs et cela augmenterait les coûts”, a déclaré Hans Schotten, de l’université technique de Kaiserslautern. “Pour cette raison, beaucoup hésiteraient à se passer de Huawei.”

Dominique Rodriguez pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below