August 8, 2018 / 8:43 AM / a month ago

Les Bourses européennes hésitantes entre guerre commerciale et résultats

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé en matinée mercredi, tiraillées entre l’élan donné par Wall Street sur fonds de résultats d’entreprise solides et la prudence de mise face à un nouveau durcissement de la politique commerciale américaine envers la Chine.

Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé en matinée mercredi, tiraillées entre l'élan donné par Wall Street sur fonds de résultats d'entreprise solides et la prudence de mise face à un nouveau durcissement de la politique commerciale américaine envers la Chine. À Paris, le CAC 40 gagne 0,05% vers 08h00 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,08% alors qu'à Londres, le FTSE 100 avance de 0,31%. /Photo prise le 6 août 2018/REUTERS/Régis Duvignau

À Paris, le CAC 40 gagne 0,05% à 5.524,05 points vers 08h00 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,08% alors qu’à Londres, le FTSE 100 avance de 0,31%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,12%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro est pratiquement inchangé et le Stoxx 600 recule de 0,14%.

A Tokyo, le Nikkei a clôturé une séance en dents de scie sur un repli de 0,08% et l’indice MSCI des marchés d’Asie-Pacifique hors Japon affiche une progression de 0,46% mais la journée a été plus difficile pour les actions chinoises: l’indice SSE Composite de Shanghai a fini en repli de 1,23%, effaçant ainsi une bonne partie de son rebond de la veille.

Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, a annoncé le relèvement le 23 août, de 10% à 25%, des droits de douane sur une seconde tranche de produits importés de Chine aux Etats-Unis représentant un montant total de 16 milliards de dollars (13,8 milliards d’euros environ).

La nouvelle a occulté les chiffres supérieurs aux attentes du commerce extérieur chinois en juillet: les exportations ont augmenté de 12,2%, plus qu’attendu, en dépit des barrières commerciales mises en place par l’administration Trump. L’excédent commercial de la Chine ressort toutefois nettement inférieur au consensus, les importations ayant elles aussi fortement progressé.

Mardi, Wall Street a fini en hausse, l’indice Standard & Poor’s 500 prenant 0,28% en clôture et se rapprochant de son record de janvier, grâce entre autres aux valeurs technologiques.

L’indice Vix de volatilité du CBOE, baromètre de la nervosité des investisseurs, est quant à lui retombé à son plus bas niveau depuis sept mois, sous 11 points.

LE SECTEUR DE LA PHARMACIE SOUFFRE

En Europe, la matinée est animée par une nouvelle série de résultats de sociétés qui fait notamment reculer le compartiment de la santé. Le danois Novo Nordisk, numéro un mondial des traitements du diabète, chute de 4,88% après des annonces jugées décevantes et son compatriote Lundbeck de 9,22% après avoir dit s’attendre à une baisse de ses ventes au deuxième semestre.

L’indice Stoxx européen de la santé et de la pharmacie cède 0,97%, la plus mauvaise performance sectorielle du jour.

Autre baisse marquante: celle de 8,83% de Casino, de loin le recul le plus marqué du SBF 120, après l’abaissement de la recommandation de Bernstein.

A la hausse, la banque néerlandaise ABN Amro (+4,24%) profite de ses trimestriels, tout comme le fabricant finlandais de pneus Nokian Tyres, qui bondit de 3,91% et se hisse en tête du Stoxx 600 après avoir dépassé le consensus.

A Paris, Atos reprend 0,96%, la meilleure progression du CAC, au lendemain de la chute de 10,4% provoquée par l’abaissement du conseil de Credit Suisse. Le groupe a réfuté mardi soir les conclusions de l’intermédiaire et réaffirmé ses objectifs financiers 2018.

L’EURO REMONTE VERS 1,1620 DOLLAR

Sur le marché des changes, le dollar cède du terrain face à un panier de devises de référence, amplifiant le repli entamé mardi, ce qui permet à l’euro de remonter à près de 1,1620.

Les rendements des emprunts d’Etat de la zone euro sont pratiquement inchangés, à 0,414% pour le dix ans allemand et 0,734% pour son équivalent français.

La Banque de France a annoncé prévoir une croissance de 0,4% de l’économie française au troisième trimestre, ce qui marquerait une accélération par rapport aux six premiers mois de l’année.

Le pétrole, dopé ces deux derniers jours par l’entrée en vigueur de sanctions économiques américaines contre l’Iran, marque le pas après l’annonce d’une reprise limitée des importations de brut chinoises en juillet.

Le Brent se traite autour de 74,60 dollars le baril, le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) autour de 69,20 dollars.

Édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below