August 2, 2018 / 11:06 AM / 2 months ago

Les actions dans le rouge, Washington à l'offensive sur le commerce

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes reculent mercredi à mi-séance et Wall Street devrait suivre la tendance, alors que les craintes d’une escalade dans le conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis augmentent après la nouvelle offensive américaine, suscitant un regain d’aversion pour les actifs risqués.

Les Bourses européennes reculent mercredi à mi-séance. Le CAC 40 recule de 0,77%, le Dax perd 1,8% et le FTSE cède 1,27%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

À Paris, le CAC 40 recule de 0,77% à 5.456,14 vers 10h50 GMT. À Francfort, le Dax perd 1,8% et à Londres, le FTSE cède 1,27%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 abandonne 0,98%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro 1,27% et le Stoxx 600 0,95%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse entre 0,7% et 0,8%.

L’administration Trump a confirmé mercredi soir qu’elle allait proposer de taxer l’équivalent de 200 milliards de dollars d’importations chinoises à 25%, et non 10% comme évoqué jusqu’à présent, une manoeuvre ouvertement destinée à mettre la pression sur Pékin pour modifier ses pratiques commerciales.

Les pressions de Washington sur le commerce ne marcheront pas, a déclaré mercredi lors d’un point de presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, ajoutant que Pékin privilégiait toujours le dialogue pour surmonter les contentieux dans ce domaine.

Sur le marché obligataire, les rendements des obligations souveraines américaines et de la zone euro reculent, signe d’un regain d’aversion au risque sur les marchés.

Le rendement à 10 ans américain abandonne plus de deux points de base, à 2,9803%, après avoir touché un pic de plus de deux mois la veille au-delà de 3%.

Le 10 ans allemand perd près de quatre points de base, à 0,454% tandis que son équivalent français abandonne 1,5 point de base, à 0,7773%.

VERS UN STATU QUO POUR LA BOE

Le rendement des obligations souveraines britanniques à dix ans a, en revanche, touché un pic de plus d’un mois et demi, à 1,403%, avant de se stabiliser tandis que la livre sterling recule avant la publication de la décision de politique monétaire de la Banque d’Angleterre (BoE).

Un relèvement des taux est largement anticipé et les cambistes jugent qu’il ne devrait pas y voir de resserrement supplémentaire avant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne en mars prochain.

Les opérateurs de marché estiment à près de 90% la probabilité d’une hausse de 25 points de base des taux directeurs de la BoE. La décision est attendue ce jeudi à 11h00 GMT.

La livre sterling recule de 0,38% à 1,3074 dollar, après avoir touché un creux de deux semaines, et cède environ 0,1% face à l’euro..

La Réserve fédérale (Fed) a de son côté observé le statu quo sur ses taux mercredi, tout en jugeant que l’économie américaine était solide, tout ceci ne remettant pas en cause l’hypothèse d’une nouvelle hausse des taux en septembre.

Le dollar prend 0,34% face à un panier de devises de référence.

Les craintes sur le conflit commercial sino-américain et sur la croissance économique chinoise pèsent sur les matières premières industrielles. Le cours du cuivre abandonne 1,46% et celui du nickel 1,99%.

Par conséquent, l’indice Stoxx des ressources de base signe la plus forte baisse sectorielle en Europe: -3,39%.

Le compartiment automobile souffre également du risque protectionniste: -2,16%.

Le titre Siemens recule de 4,61% au lendemain de la présentation par le conglomérat allemand de son nouveau plan stratégique qui ne convaint pas les investisseurs.

Amundi grimpe de 7,91% alors que la société de gestion a estimé jeudi être en avance sur les objectifs de son plan stratégique à horizon 2020.

Altice Europe chute de 11,4%, l’opérateur ayant vu ses revenus et sa rentabilité se dégrader au deuxième trimestre après avoir taillé dans ses prix pour faire revenir sa clientèle.

Sur le marché pétrolier, les cours du brut reculent, pénalisés par le regain de tensions commerciales et l’annonce d’une hausse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis.

Tommy Wilkes, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below