August 1, 2018 / 11:25 AM / 13 days ago

Air France-KLM: Pas de baisse de la part de l'Etat à ce stade

PARIS (Reuters) - Le directeur financier d’Air France-KLM a déclaré mercredi ne pas avoir entendu parler à ce stade d’une cession par l’Etat français de sa participation de 14,3% dans le groupe, une semaine après le renoncement d’AccorHotels à son projet d’en racheter tout ou partie.

Frédéric Gagey, le directeur financier d'Air France-KLM a déclaré mercredi ne pas avoir entendu parler à ce stade d'une cession par l'Etat français de sa participation de 14,3% dans le groupe. /Photo prise le 1er août 2018/REUTERS/Benoit Tessier

“Aujourd’hui, c’est vrai, il a été exprimé par l’Etat que faire bouger la participation de l’Etat n’était pas une impossibilité”, a dit Frédéric Gagey, qui fait partie du triumvirat transitoire de dirigeants exécutifs du groupe franco-néerlandais, qui cherche un PDG depuis trois mois.

“On comprend que cette prise de position soit prise, mais enfin, on n’a pas entendu parler de projet à ce stade”, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse sur les résultats semestriels organisée dans un hôtel Pullman, l’une des marques d’AccorHotels.

Le groupe hôtelier a annoncé la semaine dernière avoir renoncé à d’entrée au capital d’Air France-KLM estimant que les conditions n’étaient pas réunies. Frédéric Gagey a estimé que les développements de partenariats existants les deux groupes ne justifiaient pas une prise de participation d’AccorHotels.

A l’assemblée générale annuelle des actionnaires du 15 mai, juste avant de démissionner dans la foulée d’un référendum raté sur les salaires chez Air France, l’ex-PDG Jean-Marc Janaillac avait estimé qu’un désengagement de l’Etat pourrait avoir un effet bénéfique sur les syndicats de la compagnie française.

Franck Terner, le directeur général d’Air France, a dénoncé la menace d’un nouveau conflit social en septembre, alors que la gouvernance ne sera peut-être pas en place, après 15 jours de grève qui ont entamé le bénéfice d’exploitation d’Air France-KLM de 335 millions d’euros au premier semestre.

Les discussions avec les syndicats ne pourront reprendre qu’avec une nouvelle gouvernance, a-t-il rappelé, réaffirmant que la revendication de 5,1% de hausse des salaires en 2018 formulée par l’intersyndicale d’Air France n’était pas possible à satisfaire en l’état.

“Je ne peux qu’appeler à la raison pour que le second semestre ne soit pas à l’image du premier semestre en matière sociale parce que là évidemment nos grands clients commenceraient probablement à se poser des questions sérieuses”, a-t-il répondu à une question sur les clients “corporate”.

Frédéric Gagey a également confirmé qu’Air France-KLM anticipait une baisse de son bénéfice d’exploitation en 2018 par rapport au niveau de 1,9 milliard d’euros de 2017, malgré la hausse inattendue des recettes unitaires qui lui a permis de dégager des résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre.

Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below