July 26, 2018 / 8:09 AM / 5 months ago

Shell rate le consensus au 2e trimestre, rachète 25 milliards de dollars de titres

LONDRES (Reuters) - Royal Dutch Shell a lancé jeudi un programme de rachat de titres de 25 milliards de dollars et annoncé un bénéfice inférieur au consensus au deuxième trimestre.

Royal Dutch Shell a lancé jeudi un programme de rachat de titres de 25 milliards de dollars et annoncé un bénéfice inférieur au consensus au deuxième trimestre. /Photo prise le 12 mars 2018/REUTERS/Marcos Brindicci

Ce programme, vis-à-vis duquel Shell s’était engagé à la suite de l’achat de BG Group en 2016 pour 54 milliards de dollars, laisse penser que le deuxième pétrolier mondial est sorti du marasme qui a assombri le secteur de l’énergie durant trois ans.

Shell rachètera jusqu’à deux milliards de titres tous les trois mois et compte en avoir racheté pour 25 milliards de dollars au moins sur la période 2018-2020, pour autant que le processus de réduction de la dette se poursuive et en fonction de la situation des prix du marché pétrolier.

“Cette décision vient compléter les progrès réalisés depuis le bouclage de l’acquisition de BG en 2016, avec une refonte de notre portefeuille par le biais d’un programme de cessions de 30 milliards de dollars et de nouveaux projets, avec une réduction de la dette nette et l’abandon du dividende en titres”, explique Shell dans un communiqué.

Le bénéfice net part du groupe CCS (current cost of supplies) du deuxième trimestre a augmenté de 30% à 4,691 milliards de dollars (4 milliards d’euros), mais il est nettement inférieur au consensus fourni par Shell le donnant à 5,967 milliards de dollars.

Cet écart s’explique surtout par la performance en aval (raffinage, vente, distribution), plombée par une hausse des coûts et des effets de change.

Le production pétrolière et gazière a baissé à 3,442 millions de barils d’équivalent pétrole (bep) contre 3,839 millions au premier trimestre.

Le ratio de “gearing”, qui rapporte la dette à la capitalisation, a diminué à 23,6% au deuxième trimestre contre un pic de 29,2% au troisième trimestre 2016 et 24,7% au premier trimestre.

Pour autant, la dette totale reste très élevée, de 66 milliards de dollars. Elle n’a guère varié durant les cinq derniers trimestres.

Le pétrolier anglo-néerlandais a fortement réduit ses dépenses, a supprimé des milliers d’emplois et a vendu pour une trentaine de milliards de dollars d’actifs à la suite du marasme pétrolier de 2014.

Confiant dans sa capacité d’assurer une quinzaine de milliards de dollars de dividendes annuels, Shell a passé le dividende en titres du quatrième trimestre. En période de vaches maigres, les investisseurs avaient la possibilité de percevoir ce dividende soit en titres soit en numéraire.

L’action perd 1% vers 7h15 GMT en Bourse d’Amsterdam. Le titre coté à Londres cède 1,7%.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below