July 25, 2018 / 6:08 PM / 3 months ago

Les Bourses européennes dans le rouge, les tensions commerciales dominent

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé la journée de mercredi dans le rouge, dans un contexte de marché dominé par les craintes de conflit commercial, plusieurs entreprises ayant averti de l’impact des tarifs douaniers sur leurs résultats tandis que le compartiment automobile a été sous pression avant la rencontre entre Donald Trump et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Les Bourses européennes ont terminé la journée de mercredi dans le rouge, dans un contexte de marché dominé par les craintes de conflit commercial. À Paris, le CAC 40 a reculé de 0,14%. À Francfort, le Dax a cédé 0,87% et à Londres, le FTSE a lâché 0,66%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, le CAC 40 a reculé de 0,14% à 5.426,41 points. À Francfort, le Dax a cédé 0,87% et à Londres, le FTSE a lâché 0,66%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a abandonné 0,4%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro a perdu 0,43% et le Stoxx 600 s’est replié de 0,26%.

A Wall Street, les principaux indices évoluent en ordre dispersé, le Dow Jones (-0,18%) étant notamment pénalisé par le repli de Boeing (-1,83%) après des résultats jugés décevants.

A l’occasion de la saison des résultats trimestriels, les entreprises tendent à multiplier les avertissements ou mises en garde quant à un effet des tensions commerciales internationales sur leur activité.

Ainsi, le constructeur automobile General Motors (GM) chute de 7,38% à Wall Street après avoir abaissé sa prévision de bénéfice pour 2018, évoquant la hausse des prix de l’acier et de l’aluminium due aux droits de douane imposés par l’administration Trump.

A Paris, le groupe minier Eramet a décroché de 16,08% après avoir prévenu d’une visibilité “limitée” en raison des incertitudes liées aux tensions commerciales qui augmentent la volatilité des matières premières.

STMicroelectronics a perdu pour sa part 8,83%, en dépit de la publication de résultats en hausse pour le deuxième trimestre. Les prévisions du groupe ont été jugées timides et si STMicro a indiqué que l’impact des tensions commerciales était pour l’instant “négligeable” sur ses résultats, le fabricant de semi-conducteurs a dit surveiller de près la situation.

UNE RÉUNION SOUS HAUTE TENSION

Plus forte baisse sectorielle, le secteur automobile a chuté de 2,9% avant la rencontre prévue à Washington ce mercredi entre Jean-Claude Juncker et Donald Trump.

La baisse s’est accentuée en fin de séance, des traders évoquant un article du Washington Post selon lequel Donald Trump est bien décidé à mettre en oeuvre des tarifs douaniers de 25% sur les importations automobiles des Etats-Unis.

Ce sujet devrait être au coeur des négociations entre Jean-Claude Juncker et le président américain mercredi, mais les discussions s’annoncent donc difficiles.

Donald Trump s’est dit pessimiste avant même la rencontre tandis que l’UE, par la voix de la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström, a indiqué préparer des représailles sur 20 milliards de dollars (17 milliards d’euros) de produits américains si Washington décidait d’imposer des droits de douane sur les automobiles européennes.

Le compartiment automobile a aussi souffert du plongeon de Fiat Chrysler (-15,5%) en réaction à l’abaissement des objectifs pour 2018 intervenu peu après l’annonce du décès de Sergio Marchionne.

Autre compartiment soumis aux tensions commerciales, l’indice européen des ressources de base a reculé de 0,83%.

Toutefois, tout n’a pas été négatif du côté des publications d’entreprises, loin de là.

En tête du Stoxx 600, Seb a bondi de 9,22% après avoir revu ses objectifs annuels à la hausse.

De son côté, LVMH (+1,81%), première capitalisation française, a rassuré sur l’état de la demande chinoise alors que beaucoup s’inquiètent du ralentissement en cours de l’économie de la Chine et des tensions commerciales croissantes avec les Etats-Unis.

La publication du groupe de luxe a profité à son concurrent Kering (+2,59%), plus forte hausse du CAC 40, qui publiera ses résultats semestriels jeudi après la clôture du marché.

EN ATTENDANT LES ANNONCES DE LA BCE

En attendant l’issue de la réunion entre Jean-Claude Juncker et Donald Trump, l’euro s’est replié en fin de séance en Europe autour de 1,1675 dollar, après avoir évolué un temps au-dessus de 1,17.

Les cambistes surveilleront aussi jeudi la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) qui pourrait préciser à cette occasion le calendrier de sa prochaine hausse de taux - l’expression “at least through the summer of 2019” étant sujette à des interprétations variées - ainsi que ses projets concernant le réinvestissement des obligations achetées dans le cadre du programme d’assouplissement quantitatif (QE) et arrivant à maturité.

Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts de la zone euro ont baissé mercredi, notamment ceux des pays dits périphériques, comme le Portugal, en amont des annonces de la BCE.

Sur le marché pétrolier, les cours du brut sont orientés à la hausse, soutenus par l’annonce d’une baisse des stocks hebdomadaires aux Etats-Unis à leur plus bas niveau depuis plus de trois ans.

Édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below