July 24, 2018 / 8:15 AM / 4 months ago

Le climat des affaires stable en juillet

PARIS (Reuters) - Le climat des affaires est resté stable pour le troisième mois consécutif en juillet en France, un léger moins bien dans l’industrie étant compensé par une amélioration dans le commerce de détail, selon les données publiées mardi par l’Insee.

Le climat des affaires est resté stable pour le troisième mois consécutif en juillet en France, selon les données publiées mardi par l'Insee. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes

L’indicateur global du climat des affaires, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise interrogés dans le cadre de cette enquête mensuelle, reste à 106, un plus bas depuis 14 mois, niveau où il évolue depuis mai.

En prenant en compte les chiffres après la virgule, il recule en fait d’un demi-point sur le mois - 105,8 contre 106,3 en juin - mais reste nettement au-dessus de sa moyenne de long terme, calée à 100.

Par secteurs, l’indicateur de l’industrie manufacturière s’est inscrit à 108, en repli d’un point par rapport à son niveau de juin, qui a été révisé en baisse d’un point après avoir été annoncé à 110 en première estimation.

Il ressort inférieur aux attentes des économistes interrogés par Reuters, qui l’anticipaient à 109.

Mais l’indicateur des services est resté stable à 104 tout comme celui du bâtiment, à 109, alors que celui du commerce de détail progresse d’un point à 113. L’indicateur du commerce de gros, calculé tous les deux mois, perd deux points à 101.

L’indicateur de retournement pour l’ensemble de l’économie reste dans une zone indiquant un climat conjoncturel favorable, souligne l’Insee.

Quant au climat de l’emploi, il perd deux points à 108, retrouvant son niveau de mai qui se situe lui aussi bien au-dessus de sa moyenne de longue période.

Dans l’industrie, les chefs d’entreprise interrogés signalent des carnets de commandes moins étoffés. Le solde d’opinion sur leurs perspectives personnelles de production diminue légèrement après avoir atteint en juin un plus haut depuis novembre 2000.

L’enquête trimestrielle dans l’industrie publiée en parallèle par l’Insee témoigne de tensions sur l’appareil de production “légèrement moins élevées”, le taux d’utilisation des capacités perdant 0,2 point à 85,0% par rapport au mois d’avril.

En revanche, les industriels sont un peu plus nombreux

qu’en avril à estimer qu’ils ne pourraient pas produire

davantage s’ils recevaient plus de commandes, signale l’Insee.

Ils sont de nouveau moins optimistes sur les perspectives générales d’exportation : après avoir atteint en janvier son plus haut niveau depuis octobre 2000, le solde associé a nettement diminué en avril puis en juillet.

Dans les services, les soldes d’opinion relatifs à l’activité et à la demande prévues ont augmenté en juillet pour le deuxième mois consécutif tandis que celui sur l’activité passée a reculé nettement.

Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below