July 17, 2018 / 12:04 PM / a month ago

Boeing encore plus optimiste sur le marché des avions à 20 ans

FARNBOROUGH, Grande-Bretagne (Reuters) - Boeing a relevé mardi sa prévision de marché aéronautique sur 20 ans, le flux régulier de commandes au deuxième jour du salon de Farnborough, près de Londres, confirmant la résistance du secteur aux tensions commerciales internationales.

Boeing a relevé mardi sa prévision de marché aéronautique sur 20 ans, le flux régulier de commandes au deuxième jour du salon de Farnborough, près de Londres, confirmant la résistance du secteur aux tensions commerciales internationales. /Photo d'archives/REUTERS/Jim Young

Le premier avionneur mondial a dit prévoir un marché mondial de 42.700 livraisons d’avions sur les deux prochaines décennies, au lieu d’une estimation de 41.030 il y a un an.

Cette nouvelle estimation représente une valeur totale de 6.300 milliards de dollars (5.370 milliards d’euros) contre 6.100 milliards de dollars précédemment.

L’américain a démarré la journée de mardi par une commande d’avions cargo de la compagnie russe Volga Dnepr pour 11,8 milliards de dollars aux prix catalogue, tandis qu’Airbus a annoncé une commande provisoire de 100 appareils de la famille A320 d’un client non identifié, évaluée à 9,8 milliards de dollars.

Mais les analystes soulignent que bon nombre des annonces sont des confirmations de commandes provisoires, la révélation de clients auparavant non identifiés ou des modifications de commandes existantes, ce qui complique l’évaluation du niveau réel de la demande.

La hausse des cours du pétrole et des taux d’intérêt, les tensions commerciales et les incertitudes autour de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne posent autant de risques pour l’aviation civile après huit ans de prospérité qui ont gonflé les carnets de commandes et les cours en Bourse.

Les prévisions de Boeing soulignent surtout la dépendance du secteur aux marchés émergents, en particulier la Chine, rendant le constructeur américain particulièrement vulnérable au risque d’une véritable guerre commerciale entre Washington et Pékin si les tensions actuelles s’aggravent encore.

Boeing, qui se présente comme le premier exportateur américain, a livré l’an passé plus d’un quart de ses avions à des clients en Chine, l’un des marchés aéronautiques à la plus forte croissance.

La Chine devrait ravir aux Etats-Unis le premier rang mondial en termes de marché aérien domestique d’ici 10-15 ans, a déclaré le directeur commercial de Boeing Randy Tinseth.

CONCURRENCE ACCRUE

Une large part des livraisons viendront des monocouloirs, comme les familles 737 de Boeing et A320 d’Airbus, attendues en hausse de 5%, grâce à une croissance annuelle du trafic mondial de 4,7%, comme l’an passé.

L’avionneur basé à Chicago prévoit désormais 31.360 livraisons de monocouloirs destinés à des vols moyen-courriers, un segment qui représente une véritable machine à cash pour les deux avionneurs sous l’effet de la demande des compagnies low cost.

Airbus a revu en hausse début juillet ses propres prévisions de marché sur 20 ans de plus de 7%, modifiant les frontières traditionnelles entre types d’avions désormais répartis en catégories allant de “petits” à “très gros”.

Boeing a en revanche réduit sa prévision de livraisons de gros porteurs de 140 unités, à 8.070, en raison de la hausse des livraisons depuis un an et de l’émergence de monocouloirs à plus longue autonomie.

Le groupe américain prévoit une petite hausse de la demande sur le marché du fret, à 980 unités contre 920 il y a un an, grâce à la croissance de l’e-commerce, en particulier en Chine. Ce segment du marché fait office de baromètre du commerce mondial et de la confiance des entreprises.

L’avionneur a déjà annoncé plusieurs commandes d’avions cargo à Farnborough.

La décompte global de Boeing dépasse celui d’Airbus en partie parce qu’il prend en compte les avions dès 90 places quand l’européen démarre aux appareils de 100 places.

Boeing a également revu en baisse sa prévision à 20 ans pour le marché des avions régionaux à 2.320 livraisons.

Le marché des plus petits avions connaît son plus grand bouleversement depuis des décennies après la prise de contrôle par Airbus du CSeries de 110-130 sièges du canadien Bombardier le 1er juillet, suivie de l’annonce d’un projet de rachat par Boeing de la division d’avions de ligne du brésilien Embraer.

Avec Tim Hepher, Sarah Young, Mike Stone et Andrea Shalal, Cyril Altmeyer pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below