June 28, 2018 / 5:08 PM / 3 months ago

Washington veut aider ses alliés à réduire les importations de pétrole d'Iran

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis sont disposés à travailler au cas par cas avec des pays tiers afin que ceux-ci réduisent leurs importations de pétrole en provenance d’Iran, a déclaré jeudi un responsable du département d’Etat.

Les Etats-Unis sont disposés à travailler au cas par cas avec des pays tiers afin que ceux-ci réduisent leurs importations de pétrole en provenance d'Iran, a déclaré jeudi un responsable du département d'Etat. /Photo d'archives/REUTERS/Raheb Homavandi

Alors que Washington se prépare au rétablissement des sanctions économiques contre Téhéran, il a laissé entendre que l’administration Trump pourrait accorder des dérogations à certains de ses alliés afin d’alléger les sanctions prises contre Téhéran.

“Notre préoccupation est de travailler avec les pays qui importent du pétrole d’Iran afin que le plus grand nombre possible d’entre eux ramènent leurs importations de pétrole iranien à zéro d’ici le 4 novembre”, a-t-il dit à Reuters.

“Nous sommes disposés à travailler au cas par cas avec les pays qui réduisent leurs importations”, a-t-il poursuivi.

Des représentants de l’administration Trump ont rendu visite à des pays européens cette semaine et se rendront au Moyen-Orient et en Asie afin d’inciter les pays à réduire leurs importations de pétrole en provenance d’Iran.

Washington espère ainsi contraindre Téhéran à négocier un nouvel accord après que le président américain Donald Trump a dénoncé en mai l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien.

Les Etats-Unis sont “sincères concernant leurs efforts pour faire pression sur l’Iran afin qu’il change son comportement menaçant”, a dit encore ce responsable.

Un haut responsable du département d’Etat a déclaré mardi que les pays qui achètent du pétrole à l’Iran devraient se préparer à arrêter toutes importations de ce pays.

Washington veut aussi encourager les producteurs de pétrole du Golfe à assurer l’offre mondiale pour compenser la sortie de l’Iran du marché à partir de novembre.

Les émissaires américains ne se sont pas encore entretenus avec la Chine et l’Inde, deux des plus grands importateurs de pétrole iranien, ni avec la Turquie et l’Irak.

Lesley Wroughton, Jean Terzian pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below