June 28, 2018 / 8:27 AM / 3 months ago

Les Bourses hésitent après un bref répit sur le commerce

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent sur une note hésitante jeudi en début de séance, rattrapées par les tensions commerciales alors qu’un signe apparent de modération de la ligne suivie par l’administration Trump leur avait permis de progresser la veille.

Les principales Bourses européennes évoluent sur une note hésitante jeudi. Le CAC 40 gagne 0,16%, le Dax prend 0,04% et le FTSE 100 avance de 0,03%. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville

À Paris, le CAC 40 gagne 0,16% à 5.335,95 points après une heure d’échanges. À Francfort, le Dax prend 0,04% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,03%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,03%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,1% et le Stoxx 600 est pratiquement inchangé.

Wall Street, qui évoluait dans le vert au moment de la clôture européenne mercredi, a fini en net repli, l’indice large Standard & Poor’s 500 cédant 0,86% pour clôture, tout près de son plus bas niveau depuis un mois.

Alors que le choix de Donald Trump de renforcer la procédure de contrôle des projets d’investissement étrangers aux Etats-Unis avait dans un premier temps rassuré les investisseurs, les propos de son conseiller économique Larry Kudlow sur Fox News soulignant que cela ne revenait pas à adoucir sa position sur la Chine ont ensuite ravivé les inquiétudes.

“Trump a semblé réduire la tension sur le commerce en s’en tenant au CFIUS (le Comité des investissements étrangers aux Etats-Unis) plutôt que de prendre de nouvelles décisions pour restreindre les investissements chinois aux Etats-Unis. Cela relève de la communication plus que de la réalité”, estiment les économistes de Société générale en rappelant que “Trump a utilisé le CFIUS à deux reprises pour bloquer des investissements chinois”.

En Asie, si Tokyo a fini à l’équilibre, Séoul a cédé 1,19% et en Chine, l’indice SSE Composite de Shanghai a perdu 0,97%, au plus bas depuis plus de deux ans.

L’indice MSCI des marchés d’Asie-Pacifique hors Japon (-0,58%) est au plus bas depuis septembre et le MSCI mondial (-0,17%), qui regroupe 47 marchés développés et émergents, est retombé à ses niveaux de fin mars.

En Europe, le compartiment des matières premières accuse la plus forte baisse sectorielle (-0,51%); à Londres, le cours du cuivre recule de 0,32%, au plus bas depuis début avril et celui de l’aluminium est en baisse de 0,57%.

Autre secteur très sensible aux tensions commerciales, celui des hautes technologies cède 0,6%. A Paris, STMicroelectronics perd 1,19%, l’une des plus fortes baisses du CAC.

L’EURO A PERDU PRÈS DE 1% DEPUIS LE DÉBUT DE LA SEMAINE

L’indice Stoxx du secteur bancaire (+0,08%), lui, reste proche du plus bas de 19 mois touché mercredi matin.

Les banques sont pénalisées entre autres de l’aplatissement de la courbe des taux provoqué par le repli sur les obligations d’Etat: en retombant sous 2,84% le rendement à dix ans américain a ramené l’écart entre les rendements à deux et dix ans à moins de 33,5 points de base.

Sur le marché des changes, le dollar s’apprécie de 0,08% face à un panier de devises de référence et a touché un nouveau plus haut de près d’un an.

L’euro est revenu sous 1,1560 dollar, portant à près de 1% sa baisse depuis le début de la semaine. Au-delà des tensions commerciales, la monnaie unique souffre des interrogations sur la solidité de la coalition gouvernementale allemande sur fond de tension entre la CDU d’Angela Merkel et la CSU, le parti conservateur bavarois.

Le climat général est encore plus défavorable aux monnaies émergentes: le rand sud-africain a par exemple touché un nouveau plus bas de sept mois face au dollar.

Les investisseurs attendent à 12h00 GMT la première estimation de l’inflation en Allemagne en juin. Ils surveilleront aussi le début du Conseil européen de Bruxelles: les débats entre les chef d’Etat et de gouvernement de l’Union devraient être dominés par le dossier des migrants mais pourraient aussi évoquer la situation politique, économique et budgétaire en Italie, qui reste un foyer de tension potentiel.

Aux valeurs, le géant suédois de l’habillement H&M cède 0,46% après la publication de ses résultats trimestriels, légèrement moins dégradés qu’attendu et l’annonce d’une augmentation des remises pour réduire les stocks.

A Paris, Suez perd 1,7%, l’une des plus fortes baisses de l’indice SBF 120, après l’abaissement de la recommandation de Berenberg à “conserver” contre “acheter”. Veolia, sur lequel l’intermédiaire reste à l’achat, gagne 0,93%.

Technicolor reprend 2,74% après avoir chuté de plus de 21% sur les trois dernières séances.

Sur le marché pétrolier, le Brent est en légère hausse et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) en repli; ce dernier a touché mercredi son plus haut niveau depuis trois ans et demi.

Édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below