June 26, 2018 / 5:09 PM / 6 months ago

Les marques de luxe misent sur la mode masculine

PARIS (Reuters) - Les marques de luxe misent sur la mode masculine, qui se développe plus vite que le prêt-à-porter féminin grâce aux changements des comportements, marqués par le recul du goût pour le formel et l’essor du “streetwear”.

Fashion Week Hommes, à Paris. Les marques de luxe misent sur la mode masculine, qui se développe plus vite que le prêt-à-porter féminin grâce aux changements des comportements, marqués par le recul du goût pour le formel et l'essor du "streetwear". /Photo prise le 21 juin 2018/REUTERS/Charles Platiau

De grands groupes comme LVMH et Kering recrutent des designers en vue et investissent dans ce segment de marché porteur.

Louis Vuitton, propriété de LVMH, a créé l’événement avec son premier défilé signé Virgil Abloh, créateur de la marque Off-White, DJ et gourou des réseaux sociaux, qui a mêlé le “streetwear” avec les codes du luxe du malletier.

“C’est plus qu’un buzz. C’est une tendance lourde”, a déclaré Sidney Toledano, président de LVMH Fashion Group, en marge d’un défilé.

“Il y a une forte demande qui vient en partie d’une clientèle plus jeune. On le voit vraiment dans les chiffres”.

Louis Vuitton ne publie pas ses chiffres mais les analystes estiment que la mode masculine représente 5% à 7% de son chiffre d’affaires.

Chez Balenciaga, nouvelle pépite en pleine explosion de Kering, la mode masculine compte parmi ses plus forts moteurs de croissance, grâce notamment à son succès auprès des 20-35 ans.

La mode féminine compte pour une large part d’un marché mondial de l’habillement et de la chaussure estimé à 1.700 milliards de dollars en 2017, selon Euromonitor. L’homme représente moins du quart de ce marché.

Mais il devrait surperformer la mode féminine entre 2017 et 2022, avec des ventes en hausse moyenne de 2% par an.

“Les hommes font davantage attention à leur apparence, avec les réseaux sociaux et l’assouplissement général des règles vestimentaires”, note Marguerite Le Rolland, consultante chez Euromonitor.

Les marques en tiennent compte, déployant notamment leurs campagnes sur Instagram.

Cette croissance s’accompagne d’une baisse du prêt-à-porter plus formel. Les ventes de costumes ont reculé de 700 millions de dollars entre 2012 et 2017 en Europe de l’Ouest, selon Euromonitor, des données qui contrastent avec la hausse des ventes de jeans haut de gamme.

Les jeunes marques tirent aussi leur épingle du jeu.

“Le business de l’homme explose depuis cinq ans”, a indiqué Roopal Patel, directeur de la mode chez Saks Fifth Avenue, ajoutant que le grand magasin américain proposait maintenant des marques comme la française Ami ou l’américaine Off-White.

Pascale Denis pour le service français, édité par Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below