June 26, 2018 / 4:19 PM / 3 months ago

La prudence reste de mise face aux tensions commerciales

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé sans grand changement mardi au terme d’une séance indécise, dans un contexte de marché toujours marqué par le regain de tensions commerciales et la crainte d’une escalade vers un conflit ouvert entre les Etats-Unis et leurs principaux partenaires.

Les Bourses européennes ont terminé sans grand changement mardi. Le CAC 40 a terminé en repli de 0,05%, le Dax a aussi terminé la journée dans le rouge (-0,29%) tandis que le Footsie a repris 0,37%. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier

À Paris, le CAC 40 a terminé en repli de 0,05% à 5.281,29 points après avoir cédé 1,92% lundi soir. Le Dax allemand a aussi terminé la journée dans le rouge (-0,29%) tandis que le Footsie britannique a repris 0,37%.

L’indice EuroStoxx 50 (-0,01%) et le Stoxx 600 (+0,02%) ont fini quasiment stables et le FTSEurofirst 300 a gagné 0,22%.

La prudence est aussi de mise à Wall Street, où les indices américains évoluent en légère hausse à la clôture des marchés en Europe. L’indice Dow Jones gagne 0,22%, le Standard & Poor’s 500 progresse de 0,24% et le Nasdaq Composite prend 0,31%.

Les investisseurs attendent l’annonce, vendredi, par le Trésor américain de ses recommandations en matière de restrictions concernant les investissements chinois, une nouvelle étape dans le conflit commercial qui oppose les deux premières puissances économiques mondiales.

A partir du 6 juillet, Washington doit ainsi mettre en oeuvre des droits de douane de 25% sur 50 milliards de dollars de produits chinois.

Le président américain pourrait également annoncer prochainement des tarifs douaniers sur les importations automobiles en provenance de l’Union européenne, laquelle a déjà menacé de mesures de représailles.

La rhétorique belliqueuse sur le front du commerce international, au lieu de s’apaiser, semble donc au contraire s’aggraver, ce qui pousse certains investisseurs à se montrer très prudents pour la période estivale.

EUROFINS RIT, ELIOR PLEURE

Aux valeurs en Europe, l’opérateur de satellites Eutelsat a gagné 2,84% après avoir déclaré qu’il ne ferait pas d’offre sur le britannique Inmarsat qui a chuté en conséquence de 12,45%.

La plus forte hausse du Stoxx 600 est revenue à Eurofins, qui a bondi de 8,15%, après avoir relevé ses objectifs 2018-2020 à la suite du feu vert des autorités américaines au rachat de Covance Food Solutions.

Non loin, Ingenico a grimpé de 5,85% après une information de Bloomberg selon laquelle plusieurs fonds de capital-investissement s’intéressent au spécialiste des paiements, considéré comme l’une des cibles potentielles sur le marché européen des technologies financières.

A contrario, Elior a chuté de 9,06% après la présentation d’un plan de croissance pour la période 2019-2021 qui n’est guère parvenu à rassurer les investisseurs, échaudés par trois avertissements sur résultats lancés par le groupe depuis novembre.

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à 10 ans est quasiment stable à 2,875% et sur le marché des changes, le dollar reprend des couleurs face à un panier de devises de référence après trois séances de baisse.

La reprise du dollar pèse sur l’once d’or, retombée à un plus bas de plus de six mois. Malgré son statut d’actif refuge, le métal jaune n’a que peu profité du regain de tensions commerciales; il souffre de la perspective d’une hausse des taux d’intérêt américains de nature à soutenir le billet vert.

En Europe, les rendements obligataires des pays dits périphériques se sont tendus, notamment celui de l’Espagne, alors que le pays a émis mardi une adjudication d’emprunts à 10 ans de sept milliards d’euros, une opération qui devait permettre de tester la capacité des investisseurs à digérer la remontée du risque souverain en zone euro.

De leur côté, les cours du pétrole évoluent en hausse, soutenus par des perturbations dans la production au Canada et en Libye, mais restent néanmoins sous pression en raison de l’augmentation annoncée de la production des pays de l’Opep et des tensions commerciales.

Édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below