June 20, 2018 / 8:52 PM / 6 months ago

Wall Street finit sur une note mitigée, le Nasdaq à un record

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé sur une note mitigée mercredi, les indices S&P-500 et Nasdaq ayant été portés par les valeurs médias et technologiques, tandis que le Dow a encore souffert des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.

La Bourse de New York a terminé sur une note mitigée mercredi, les indices S&P-500 et Nasdaq ayant été portés par les valeurs médias et technologiques, tandis que le Dow a encore souffert des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. L'indice Dow Jones a perdu 0,17%, en recul pour la septième séance d'affilée. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson

L’indice Dow Jones a perdu 42,41 points, soit 0,17%, à 24.657,80, en recul pour la septième séance d’affilée. Le S&P-500, plus large, a pris 4,73 points, soit 0,17%, à 2.767,32. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 55,93 points (+0,72%) à 7.781,52 points, un niveau record.

Au lendemain des nouvelles menaces de Donald Trump de taxer 200 milliards de dollars de produits chinois importés, un journal chinois a dénoncé la “soif de sang” du président américain mais le porte-parole du ministère du Commerce à Pékin a évoqué des progrès dans les discussions en cours.

De son côté, l’Union européenne a annoncé qu’elle appliquerait dès vendredi des droits de douane de 25% sur une série de produits américains en réponse aux taxes américaines sur les importations d’acier et d’aluminium.

“Nous assistons à un petit recul des inquiétudes macroéconomiques qui continueront néanmoins à peser sur la tendance du marché jusqu’à ce que nous ayons quelques réponses sur le commerce mondial”, a souligné Art Hogan, responsable de la stratégie chez B. Riley FBR. “Pour le moment, l’attention se porte sur les opérations de fusions et acquisitions.”

Twenty-First Century Fox a fini en tête du S&P-500 et bondi de 7,54%, à son plus haut historique, après avoir annoncé que Walt Disney avait relevé son offre sur ses actifs dans le cinéma, la télévision et l’international à 71,3 milliards de dollars (61,5 milliards d’euros), une proposition supérieure à celle de Comcast.

Disney a pris 0,99% et Comcast 1,77%. L’indice S&P du secteur des médias a avancé de son côté près de 2%.

Les GAFA - Alphabet, Amazon, Facebook et Apple, avec Netflix, ont également soutenu les indices, avec des hausses allant de 0,4% à 2,9%.

En baisse, Starbucks a chuté de 9,07%, plus vif repli du S&P-500, en réaction à des prévisions inférieures aux attentes qui amènent les analystes à s’interroger sur sa croissance à long terme aux Etats-Unis et en Chine.

De même, le géant des logiciels d’entreprise Oracle a reculé de 7,46% malgré de bons résultats de son quatrième trimestre au 31 mai, après avoir présenté des prévisions décevantes pour le trimestre en cours.

La chaîne de pharmacies américaine Walgreens Boots Alliance, qui remplacera à partir du 26 juin General Electric (-0,54%) dans le Dow Jones, a fait un bond de 5,25%.

Boeing a repris un petit 0,46% après avoir accusé une perte de plus de 6% en six jours. Son directeur commercial s’est montré très confiant sur la capacité du groupe à faire entrer en service en 2025 un avion de “milieu de marché”.

Paypal a pris 1,69% après l’annonce du rachat de la plate-forme de paiement Hyperwallet pour 400 mlns de dollars.

Sur le marché des changes, le dollar a oscillé autour de son pic de 11 mois face à un panier de devise, les signes montrant que la Chine est prête à tolérer un yuan plus fort ayant contrebalancé l’impact des tensions commerciales. L’euro évolue également près de ses niveaux de la veille.

Le billet vert a légèrement réduit ses pertes dans l’après-midi après que le président de la banque centrale américaine, Jerome Powell, a confirmé le scénario de hausses graduelles des taux dans un discours à Sintra, au Portugal.

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à 10 ans est remonté à 2,9389%, après son repli de mardi, la perspective d’une hausse des taux d’intérêt américains l’ayant emporté sur les inquiétudes sur le commerce mondial.

Les cours du pétrole évoluent dans le désordre, avec une hausse du brut léger américain, en réaction à la baisse inattendue des stocks dans le pays, et un repli du Brent avant la réunion de l’Opep vendredi, qui pourrait décider de relever légèrement la production de pétrole.

Environ 6,63 milliards d’actions ont changé de mains sur les marchés américains mercredi, contre 6,98 milliards en moyenne au cours des 20 dernières séances.

Medha Singh, Laetitia Volga et Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below