June 20, 2018 / 7:46 AM / 3 months ago

Les Bourses européennes amorcent un rebond

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes tentent de repartir mercredi à l’ouverture après trois jours de net repli en raison de l’escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Les Bourses européennes tentent de repartir mercredi à l'ouverture. Le CAC 40 prend 0,07% vers 07h25 GMT, le Dax gagne 0,43% et le FTSE avance de 0,81%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, l’indice CAC 40 prend 0,07% à 5.394,52 points vers 07h25 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,43% et à Londres, le FTSE avance de 0,81%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 0,46%, le FTSEurofirst 300 de 0,52% et le Stoxx 600 de 0,52%.

L’indice paneuropéen a perdu 2,5% sur les trois dernières séances, un repli précipité par l’annonce en fin de semaine dernière de droits de douane américains sur 50 milliards de dollars de produits chinois. La riposte immédiate de Pékin a provoqué une nouvelle offensive de Washington, qui a évoqué mardi des taxes sur 200 milliards d’importations chinoises.

Très affectées lors du repli récent, les ressources de base repartent mercredi en Europe, leur indice Stoxx progressant de 1,16% dans les premiers échanges avec, à Paris, une progression de 1,64% pour ArcelorMittal, la plus forte hausse du CAC.

Non loin derrière, Engie gagne 0,64% après avoir annoncé la cession au géant thaïlandais de l’énergie PTT Pcl de sa participation de 69,1% dans le producteur d’électricité Glow pour 2,6 milliards d’euros, mettant ainsi un terme à l’exploitation de centrales à charbon dans la région Asie-Pacifique.

La tendance est animée en outre par les changements de recommandation avec notamment un recul de 2,03% pour Rémy Cointreau après un abaissement de son conseil par Société générale, passé à “vendre” sur la valeur.

WALL STREET DANS LE ROUGE EN 2018

Le dernier épisode en date dans le conflit commercial opposant les deux premières puissances économiques mondiales a pesé mardi sur Wall Street, où le Dow Jones a reculé de 1,15% pour rebasculer dans le rouge depuis le début de l’année.

Parmi les valeurs les plus exposées aux craintes de conflit commercial, le géant aéronautique Boeing, premier exportateur américain vers la Chine, a perdu 3,84% et le fabricant d’engins de chantier Caterpillar a chuté de 3,62%.

Les contrats à terme sur les indices américains suggèrent toutefois une tendance positive ce mercredi, ce qui soutient le rebond des indices boursiers en Asie.

La Bourse de Tokyo a clôturé sur un gain de 1,24% et l’indice composite de la Bourse de Shanghai a regagné 0,31% après avoir plongé la veille de 3,78%.

L’indice MSCI regroupant les valeurs d’Asie et du Pacifique (hors Japon) avance de 0,88%.

Sur le marché des changes, le dollar reste ferme face à un panier de référence après avoir atteint la veille un pic de 11 mois, soutenu par son rôle de valeur refuge.

L’euro recule de son côté de 0,15% face au dollar, à 1,1571, restant proche du plus bas touché après les annonces de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi dernier.

POWELL VA PARLER

Les responsables de l’institution de Francfort sont réunis jusqu’à mercredi pour leur forum annuel à Sintra, au Portugal. Ils accueilleront un invité de marque en la personne de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, qui participera à 13h30 GMT à un débat sur “la politique monétaire en période d’incertitude et de tension sur le marché du travail”.

Mardi, le président de la BCE Mario Draghi a répété son message de prudence quant à la première hausse de taux, réitérant son approche patiente et progressive sur le resserrement de la politique monétaire.

Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts souverains se stabilisent après le net recul des derniers jours. Celui des Treasuries à 10 ans se situe à 2,91% et son homologue allemand à 0,38%.

Les cours du brut reprennent des couleurs après avoir perdu plus de 1% mardi sur le marché new-yorkais Nymex, pénalisés eux aussi par l’escalade dans la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

Ils profitent de l’annonce, mardi, par l’American Petroleum Institute (API) d’une baisse hebdomadaire des stocks de brut aux Etats-Unis et de perturbations dans la production en Libye après l’effondrement d’un réservoir pétrolier dans le port de Ras Lanuf lié à un incendie.

Le baril de Brent revient au-delà de 75 dollars et le baril de brut léger américain remonte à plus de 65 dollars.

Édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below