May 6, 2018 / 4:26 PM / in 6 months

L'ancien DG de Banque Saudi Fransi retenu en Arabie saoudite, selon plusieurs sources

DUBAI (Reuters) - Patrice Couvègnes, ancien directeur général de Banque Saudi Fransi (BSF), est depuis bientôt six mois interdit de quitter le territoire saoudien après l’ouverture d’une enquête sur l’attribution de bonus illicites, selon quatre sources au fait du dossier.

Patrice Couvègnes, ancien directeur général de Banque Saudi Fransi (BSF), est depuis bientôt six mois interdit de quitter le territoire saoudien après l'ouverture d'une enquête sur l'attribution de bonus illicites, selon quatre sources au fait du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Faisal Al Nasser

Le banquier français a été débarqué de BSF, la cinquième banque saoudienne par les actifs, en novembre en coordination avec la banque centrale et d’autres instances de tutelle.

A l’époque, la banque centrale avait mis en avant des irrégularités dans un programme de primes et des violations liées à la gouvernance et aux obligations de surveillance. BSF, détenue à 16,2% par Kingdom Holding, la société d’investissement du prince Alwalid bin Talal, et à 15% environ par le Credit Agricole, avait admis les irrégularités dans les bonus qui ont conduit aux violations.

Patrice Couvègnes, qui a dirigé BSF pendant six ans, s’est vu signifier dans ce cadre une interdiction de quitter le territoire, selon les sources.

Il n’a pu joint pour un commentaire. La banque centrale saoudienne et Banque Saudi Fransi, également sollicitées, n’ont pas donné suite.

Deux autres cadres dirigeants de BSF, Mohamad Abdoulhadi et Abdulrahman Moutabagani, avaient quitté l’établissement en octobre. A l’époque un porte-parole de la banque avait indiqué qu’Abdoulhadi partait à la retraite mais les sources ont dit à Reuters que ces deux départs étaient aussi liés à l’enquête.

Abdoulhadi et Moutabagani n’ont pu être joints pour un commentaire.

BSF avait révélé la découverte de malversations en octobre, indiquant alors que son conseil d’administration avait nommé une équipe indépendante pour enquêter sur des soupçons de paiements illicites de primes. Deux mois plus tard, la banque a dit coordonner ses efforts avec les autorités pour recouvrer les montants illégalement perçus. Reuters n’a pu établir si l’enquête se poursuivait ou était close.

Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed bin Salman, a lancé l’an dernier une vaste campagne contre la corruption, faisant arrêter en novembre plusieurs dizaines de membres de la famille royale mais aussi des hauts responsables et des hommes d’affaires. La plupart, dont le prince Alwalid, ont été relâchés après avoir négocié des arrangements financiers avec le pouvoir.

Avant de rejoindre BSF, Patrice Couvègnes a travaillé pour le Crédit Agricole à Singapour, en Corée du Sud, au Japon et à Hong Kong, selon son cursus présenté sur internet.

La banque française a cédé l’an dernier la moitié de sa participation dans BSF à Kingdom Holding, ramenant ses parts à environ 15% dans la banque saoudienne.

avec la contribution de Stephen Kalin à Ryad, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below