April 27, 2018 / 5:56 AM / 4 months ago

Renault: La croissance cale au 1er trimestre avec l'Asie et les changes

PARIS (Reuters) - Renault signe vendredi la plus forte baisse du CAC 40 après avoir vu son chiffre d’affaires caler au premier trimestre en raison de très lourds effets de changes et de revers commerciaux en Inde, en Chine et en Corée du Sud.

Renault a fait état vendredi d'une quasi-stabilité de son chiffre d'affaires au premier trimestre (13,155 milliards d'euros), les lourds effets de changes rencontrés annulant l'effet de la progression des volumes. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse

Le constructeur, membre de la première alliance automobile mondiale par les ventes avec Nissan et Mitsubishi, a réalisé sur les trois premiers mois de l’année un chiffre d’affaires de 13,155 milliards d’euros, en légère hausse de 0,2%.

A taux de change et périmètre constants, la progression ressort à 5,4%, mais en montant, le chiffre d’affaires est nettement inférieur au consensus Inquiry Financial pour Reuters qui donnait 13,77 milliards d’euros.

Dans les premiers échanges, l’action Renault abandonne 2,44% à 89,81 euros, signant la plus forte baisse de l’indice des valeurs vedettes de la Bourse de Paris (+0,13% à la même heure).

“Si le trimestre ne constitue pas un risque pour la prévision (vague) du groupe, nous nous attendons à ce que les pressions sur les changes puissent conduire à des révisions annuelles pour le CA et l’Ebit”, commente Evercore ISI dans une note.

Renault a confirmé ses objectifs de hausse des résultats et de croissance de ses principaux marchés en 2018.

Mais au cours d’une téléconférence avec les analystes, la directrice financière Clotilde Delbos a souligné que les devises avaient eu un effet plus massif que prévu.

“Nous nous attendions à un effet négatif sur ce front, mais pour être honnête pas de cette magnitude”, a-t-elle dit. “Par conséquent, nous devrons continuer à ajuster nos prix pour compenser cet impact au cours des trimestres à venir.”

Elle a aussi précisé que Renault avait souffert d’une base de comparaison défavorable puisqu’au premier trimestre 2017, le chiffre d’affaires du groupe avait bondi de 25,2%.

DES MARCHÉS ÉMERGENTS “MITIGÉS”

Les immatriculations totales du groupe ont augmenté de 4,8% sur la période, avec une hausse de 2,8% en Europe et de 7,1% hors du continent, malgré un ralentissement dans les régions Afrique Moyen-Orient Inde (-5,3%) et Asie-Pacifique (-18,6%).

Renault, dont l’internationalisation rapide a toujours constitué un atout par rapport à son compatriote PSA, a souligné que la situation avait été “mitigée” sur les marchés émergents.

Les ventes ont chuté de près d’un tiers sur le marché indien, où la question des prix de vente est toujours très stratégique. Après le succès en Inde du mini-SUV ultra low cost Kwid de Renault, le Captur de plus grande taille peine davantage à s’imposer.

En Chine, les immatriculations du groupe ont chuté de 16,8%, reflet de la baisse des ventes des marques de véhicules utilitaires Jinbei et Huasong récemment acquises via une co-entreprise avec le constructeur chinois Brilliance. En Corée du Sud, la filiale Renault Samsung Motors a vu ses ventes baisser de plus d’un quart.

Les ventes en valeur du coeur de métier automobile, hors le russe Avtovaz désormais consolidé par Renault, ont fait apparaître une hausse de 2,3 points des volumes, de 1,2 point des prix et de 0,9 point des ventes à partenaires.

Ce résultat est cependant effacé par l’impact de la hausse de l’euro face aux principales devises du groupe qui épousent son empreinte internationale: peso argentin, real brésilien et livre turque, mais aussi le dollar américain (-4,8 point).

Renault a été supplanté au premier trimestre par PSA, qu’il avait détrôné l’an dernier comme premier constructeur français dans le monde.

Le groupe sochalien a fait état mardi d’un bond de 42,1% de son chiffre d’affaires à 18,2 milliards d’euros, un record de ventes en volume (1,05 million d’unités) grâce au succès de ses dernières nouveautés et à l’apport d’Opel-Vauxhall ayant éclipsé, là aussi, un effet de changes important.

Avec Blandine Hénault, édité par Gwénaëlle Barzic

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below