April 23, 2018 / 9:35 PM / 3 months ago

Alphabet dépasse les attentes au 1er trimestre avec les revenus publicitaires

SAN FRANCISCO (Reuters) - Alphabet, la maison mère de Google, a fait état lundi d’un chiffre d’affaires et de profits au premier trimestre supérieurs aux attentes grâce à la hausse de ses revenus publicitaires et à un changement dans la comptabilisation de ses plus-values potentielles sur ses investissements dans des startups.

Alphabet, la maison mère de Google, a fait état lundi d'un chiffre d'affaires et de profits au premier trimestre supérieurs aux attentes grâce à la hausse de ses revenus publicitaires. /Photo prise le 7 février 2018/REUTERS/Charles Platiau

L’action a gagné jusqu’à 1% dans les transactions électroniques après la clôture.

Les résultats ont dissipé les inquiétudes des investisseurs de voir les perspectives du groupe pénalisées par des investissements dans de nouvelles activités au-delà de son coeur de métier de moteur de recherche. Ils ont aussi rassuré quant aux conséquences de préoccupations croissantes sur les questions de protections des données personnelles.

“Avec la solidité de l’économie, les entreprises dépensent plus en publicité et nous avons cette migration qui se poursuit de la publicité dans les médias traditionnels vers plus de publicité en ligne et sur les réseaux sociaux” a dit Ivan Feinseth de Tigress Financial Partners. “Google continue de dominer le marché de la recherche depuis les ordinateurs et les mobiles.”

Les ventes mondiales ont atteint 31,1 milliards de dollars (25,5 milliards d’euros) sur la période contre 30,3 milliards de dollars attendu par le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

La marge d’exploitation a toutefois reculé à 22% contre 27% un an auparavant.

Les marges bénéficiaires du groupe ont souffert au cours des derniers trimestres du démarrage de nouveaux projets coûteux dans l’informatique dématérialisée (cloud) et le hardware au sein de sa principale filiale Google.

Les profits ont atteint 9,4 milliards de dollars sur le trimestre, soit 13,33 dollars par action contre 6,56 milliards de dollars (9,28 dollar par action) attendu par les analystes, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Sur ce total, 3,40 dollars par action sont imputables à une nouvelle méthode de comptabilisation des plus-values latentes sur les investissements d’Alphabet dans des startups comme Uber Technologies

Hors ces gains potentiels et d’autres éléments exceptionnels, le bénéfice par action ajusté ressort à 9,93 dollars par action contre 9,28 dollars attendu par le consensus.

RGPD : UN IMPACT POTENTIELLEMENT NÉGATIF

Les tarifs publicitaires pratiqués par Google ont été soutenus par la demande des annonceurs pour figurer sur son moteur de recherche mais aussi sur son service de vidéo en ligne YouTube et sur ses millions de sites internet et applications partenaires.

L’appétit des investisseurs pour Alphabet a pâti des inquiétudes sur ses coûts et sur un durcissement de son environnement réglementaire en raison notamment de la préoccupation croissante sur le contrôle par les utilisateurs de services en ligne de leurs données personnelles.

L’action Google avait chuté de près de 3,5% depuis le début de cette année avant d’amorcer un net rebond la semaine dernière dans la perspective de la publication des résultats du premier trimestre.

Les parlementaires américains avaient envisagé d’auditionner Google comme il l’ont fait pour son concurrent Facebook après la révélation de l’affaire Cambridge Analytica, relative au détournement de données concernant les utilisateurs du réseau social.

Les analystes qui suivent la valeur estiment toutefois que Google ne devrait pas échapper aux conséquences de la législation européenne sur la protection des données personnelles qui entrera en vigueur le mois prochain.

Le Règlement général sur la protection des données (RGPD)de l’Union européenne pourrait conduire un plus grand nombre d’utilisateurs de services en ligne à refuser de recevoir des publicités personnalisées, ce qui pourrait coûter quelques milliards de dollars de chiffre d’affaires par an à Google, prévient Brian Wieser, analyste chez Pivotal Research.

Les annonceurs pourraient aussi réduire leurs budgets cette année, le temps d’y voir plus clair sur les conséquences de la RGPD, ajoute-t-il.

Un recul du marché ne serait toutefois que temporaire en raison de la plus grande efficacité de la publicité en ligne par rapport aux annonces dans les médias traditionnels, estiment toutefois des analystes.

Google a aussi révélé que le fabricant de thermostats intelligents Nest avait réalisé 726 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2017. Les données financières de cette filiale d’Alphabet n’avaient jamais été publiées depuis son acquisition en 2014.

L’analyste d’UBS Eric Sheridan avait estimé la semaine dernière que Nest contribuerait à hauteur de 490 millions de dollars au chiffre d’affaires d’Alphabet cette année.

Les revenus tirés des applications sur mobiles et d’autres activités comme l’informatique dématérialisée ont totalisé 4,4 milliards de dollars au premier trimestre.

Le recul de la marge d’exploitation s’explique en partie par l’intégration de 2.000 salariés à Taiwan dans le cadre d’un accord de coopération avec HTC.

Google a aussi enregistré une accélération de la hausse de ses coûts liée à la distribution d’actions à ses salariés et à l’acquisition de droits de diffusion pour YouTube TV.

Les dirigeants du groupe ont déjà dit que certains de ses coûts devraient ralentir cette année.

Marc Joanny pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below