April 10, 2018 / 11:22 AM / 6 months ago

Xi rassure les investisseurs en jouant l'ouverture contre Trump

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent en nette hausse à mi-séance mardi et Wall Street devrait ouvrir sur un gain d’environ 1%, l’appétit pour le risque opérant un retour en force après un discours très attendu du président chinois marqué par des promesses d’ouverture de l’économie et de réduction des barrières douanières, à rebours du ton offensif de son homologue américain.

Les Bourses européennes évoluent en nette hausse à mi-séance mardi. À Paris, le CAC 40 gagne 0,69% à 5.299,93 points à 10h55 GMT, après avoir repassé le seuil des 5.300 points pour la première fois depuis le 13 mars. /Photo prise le 6 avril 2018/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, le CAC 40 gagne 0,69% à 5.299,93 points à 10h55 GMT, après avoir repassé le seuil des 5.300 points pour la première fois depuis le 13 mars.

À Francfort, le Dax prend 1,12% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,68%. L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,72%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,71% et le Stoxx 600 de 0,7%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en progression de plus de 1%. Lundi, Wall Street a effacé une bonne partie de ses gains en toute fin de séance après les premières informations sur une perquisition des bureaux de l’avocat de Donald Trump.

Dans la nuit, au Forum de Boao pour l’Asie, Xi Jinping a ramené le dossier des tensions commerciales sur le devant de la scène en insistant sur sa volonté de poursuivre l’ouverture de la deuxième économie du monde et d’abaisser dès cette année les droits de douane sur certains produits, dont l’automobile.

Les propos du président chinois, même s’ils n’impliquent aucune nouvelle mesure concrète dans l’immédiat, ont ravivé les espoirs d’une issue négociée au différend entre Pékin et Washington sur les barrières douanières et la propriété intellectuelle, douchés ces derniers jours par les déclarations et les tweets de Donald Trump.

BAYER DOPE LA BOURSE DE FRANCFORT

Ces signes de détente bénéficient aux marchés actions dans leur ensemble: la Bourse de Tokyo a fini la journée sur un gain de 0,54% et les principaux indices chinois ont pris plus de 1,6%. En Europe, ils bénéficient en particulier aux secteurs les plus directement concernés: l’indice Stoxx européen des matières premières gagne 2,23%, celui des hautes technologies 1,00% et celui de l’automobile 1,73%.

Parmi les grands constructeurs, BMW prend 2,32%, Volkswagen 2,18%, PSA 2,13%.

Les cours des matières premières sont eux aussi en nette hausse: le cuivre s’adjuge 0,91%, le nickel 1,12%, l’aluminium 1,33%. Quant au pétrole, il prend plus de 1%, le Brent revenant au-dessus de 69,50 dollars le baril.

La superformance de la Bourse de Francfort s’explique notamment par le bond de 4,89% de Bayer après les informations du Wall Street Journal selon lesquelles les autorités américaines s’apprêtent à autoriser le rachat de Monsanto.

A Paris, la vedette du jour est LVMH, la première capitalisation française, dont l’action gagne 5,03% et a inscrit un record au lendemain de la publication d’un chiffre d’affaires trimestriel supérieur aux attentes. Dans son sillage, Kering avance de 2,88% et Richemont 2,04%.

A la baisse, le géant suisse des arômes Givaudan cède 3,12% après une croissance des ventes inférieure au consensus sur les trois premiers mois de l’année.

15% DE BAISSE EN DEUX JOURS POUR LA BOURSE DE MOSCOU

Aux Etats-Unis, les investisseurs surveilleront les statistiques des prix à la production à 12h30 GMT mais le principal rendez-vous du jour est la première des deux auditions au Congrès de Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, qui devra s’expliquer sur la protection des données personnelles.

Sur le marché des changes, le dollar regagne du terrain face au yen grâce au discours de Xi Jinping, qui profite également au yuan, affaibli ces dernières semaines par les tensions commerciales.

L’euro regagne lui aussi du terrain face au yen mais est pratiquement inchangé face au billet vert, autour de 1,2320.

Le regain d’appétit pour le risque a moins d’impact sur le marché des emprunts d’Etat en zone euro, surtout animé par d’importantes adjudications néerlandaise, autrichienne et allemande. Le rendement à dix ans allemand se maintient sous 0,5%; son équivalent américain reste lui sous 2,8%.

Du côté des marchés émergents, l’actualité reste dominée par la chute de la Bourse de Moscou et du rouble après les nouvelles sanctions américaines visant des entreprises et des hommes d’affaires russes.

L’indice RTS moscovite, qui a chuté de 11,44% lundi, abandonne encore 3,5% et la devise russe cède plus de 4% face au dollar, au plus bas depuis décembre 2016.

Édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below