April 9, 2018 / 9:01 PM / 6 months ago

Wall Street termine sur un faible rebond

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a rebondi lundi après son net repli de vendredi, profitant d’un apaisement dans les frictions commerciales avec la Chine, mais les principaux indices ont réduit leurs gains en toute fin de séance après des informations de presse faisant état d’une perquisition chez un avocat du président Donald Trump.

La Bourse de New York a rebondi lundi après son net repli de vendredi. L'indice Dow Jones a fini sur un gain modeste de 46,34 points, soit 0,19%, à 23.979,10 après avoir pris jusqu'à 441 points au plus haut du jour. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid

L’indice Dow Jones a fini sur un gain modeste de 46,34 points, soit 0,19%, à 23.979,10 après avoir pris jusqu’à 441 points au plus haut du jour.

Le S&P-500, plus large, a gagné 8,69 points ou 0,33% à 2.613,16, terminant à 40 points de son plus haut du jour, et le Nasdaq Composite a clôturé à 6.950,34, en hausse de 35,23 points (0,51%) mais loin de son pic de la séance à 7.074.

Les indices ont piqué du nez dans les dernières minutes après une information du New York Times selon laquelle le FBI a perquisitionné le bureau de Michael Cohen, l’avocat du président dans l’affaire Stormy Daniels, du nom d’une actrice de films pornographiques qui dit avoir eu une relation sexuelle avec Trump en 2006.

“Même s’il n’y a rien au bout du compte, la réaction initiale est toujours négative”, commente Randy Frederick, responsable des dérivés chez Charles Schwab à Austin (Texas).

La séance avait pourtant commencé au mieux, le marché saluant les efforts de l’administration pour apaiser les craintes de guerre commerciale avec la Chine qui avaient contribué à une chute de plus de 2% de Wall Street vendredi.

Après un tweet pendant le week-end de Donald Trump, qui disait miser sur un accord avec Pékin dans le domaine de la propriété intellectuelle, son conseiller économique Larry Kudlow a affirmé à la chaîne CNBC que les Etats-Unis seraient favorables à la formation d’une “coalition internationale” pour traiter du dossier des échanges avec la Chine. “Le président est ouvert à cela. Il n’en est pas encore à solliciter du soutien, mais il est ouvert”, a-t-il déclaré.

Les marchés seront attentifs mardi à un discours du président chinois Xi Jinping au Boao Forum, l’équivalent chinois du Forum économique mondial de Davos.

Les investisseurs espèrent revenir aux fondamentaux du marché avec le coup d’envoi des publications de résultats du premier trimestre qui sera donné vendredi par les banques JPMorgan Chase, Citigroup et Wells Fargo.

Dopés pour partie par la baisse des impôts sur les sociétés voulue par Donald Trump, les bénéfices des entreprises composant le S&P 500 sont vus en moyenne en hausse de 18,4% sur la période janvier-mars, ce qui serait leur progression trimestrielle la plus marquée en sept ans.

“On compte sur la saison des résultats pour rétablir la tendance haussière du marché”, dit Keith Lerner, stratège chez SunTrust Advisory Services à Atlanta.

BAISSE DU DOLLAR, LES RENDEMENTS EN HAUSSE

Seuls six des 11 grands indices sectoriels S&P ont conservé des gains en clôture, les plus fortes hausses étant pour la santé (+0,93%) et les technologiques (+0,78%).

En tête du Dow Jones, Merck s’est adjugé 5,25% après avoir annoncé le succès d’un essai clinique de son produit phare Keytruda dans le traitement du cancer du poumon.

Alcoa et Century Aluminium ont bondi de respectivement 5,35% et 12,09%, profitant du bond de 4,4% des cours de l’aluminium après l’annonce de sanctions américaines contre la Russie qui visent notamment Rusal, l’un des principaux producteurs mondiaux de ce métal.

Egalement recherché, le géant des semences Monsanto a pris 6,19% en réaction à une information du Wall Street Journal selon laquelle le département américain de la Justice a autorisé son projet de fusion avec l’allemand Bayer.

Parmi les valeurs de second rang, AveXis, un laboratoire spécialisé dans les maladies rares, s’est envolé de 81,57% après l’annonce de son rachat pour 8,7 milliards de dollars par le suisse Novartis.

Aux technologiques, Apple a pris 0,99% et Facebook s’est apprécié de 0,46% à la veille de l’audition très attendue de son fondateur et PDG Mark Zuckerberg devant une commission du Congrès au sujet du détournement de données personnelles de millions d’utilisateurs.

Quelque 6,28 milliards d’actions ont changé de mains sur les différents marchés américains, soit moins que la moyenne de 7,3 milliards des 20 dernières séances.

Le dollar a faibli contre un panier de devises, réagissant toujours aux craintes de guerre commerciale. L’indice dollar a cédé 0,3% à 89,859 après un plus bas depuis le 28 mars de 89,818. L’euro s’est apprécié de 0,3% à 1,2317 dollar.

Sur le marché obligataire, le rendement du 10 ans américain est remonté à 2,782% contre 2,775% vendredi soir, dans l’attente du discours du président chinois mardi et d’importantes opérations de refinancement prévues ces trois prochains jours aux Etats-Unis.

“La combinaison des tweets conciliants de Trump sur le front du commerce extérieur et les adjudications à venir compliquent le début de semaine sur le marché obligataire”, note Ian Lyngen, responsable de la stratégie taux chez BMO Capital Markets à New York.

Le rebond du marché boursier a profité aux cours du pétrole, qui ont pris plus de 2% sur le Nymex.

Avec Sweta Singh et Diptendu Lahiri à Bangalore, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below