March 23, 2018 / 12:31 PM / 2 months ago

Les Bourses mondiales plombées par les tensions commerciales

par Blandine Henault

Les Bourses européennes restent ancrées dans le rouge vendredi à mi-séance. Le CAC 40 recule de 1,56% vers 11h55 GMT, le Dax cède 1,73% et le FTSE abandonne 0,62%. /Photo prise le 23 mars 2018/REUTERS/Kai Pfaffenbach

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes restent ancrées dans le rouge vendredi à mi-séance, d’autant que Wall Street est attendue à nouveau en baisse après sa chute de la veille, les tensions commerciales ayant ravivé une nette aversion au risque sur les marchés.

À Paris, le CAC 40 recule de 1,56% à 5.086,59 vers 11h55 GMT. À Francfort, le Dax cède 1,73% et à Londres, le FTSE abandonne 0,62%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 se replie de 1,18%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,59% et le Stoxx 600 de 1,14%.

A Wall Street, les futures sur indices new-yorkais sont volatils: en net repli en tout début de journée, ils sont désormais proches de l’équilibre.

La Bourse de New York a subi jeudi sa plus forte baisse en pourcentage depuis le 8 février (-2,93% pour le Dow Jones) après la décision du président américain Donald Trump de taxer jusqu’à 60 milliards de dollars (49 milliards d’euros) d’importations chinoises.

Ces taxes ne s’appliqueront qu’après une période de consultation, qui donnera aux lobbies industriels et aux parlementaires l’occasion de raccourcir la liste initiale, qui regroupe quelque 1.300 produits.

Cette position relativement souple n’a toutefois pas apaisé les craintes des investisseurs sur une éventuelle guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

“Pour l’heure, les montants de sanctions douanières évoqués de part et d’autre ne sont pas significatifs pour les économies chinoise et américaine. Ce sont surtout les craintes d’escalade qui pèsent”, observe Bernard Aybran, directeur de la multigestion chez Invesco AM.

“Le retour des acheteurs sur le marché boursier repose sur plusieurs éléments : est-ce que les indices boursiers vont se stabiliser autour de leurs récents plus bas et est-ce que les taux vont rester calmes ? La suite dépendra aussi de la séance aujourd’hui à Wall Street”.

RETOUR VERS LES ACTIFS REFUGE

Les autorités chinoises ont d’ores et déjà établi une liste de 128 produits recensant les importations américaines sur lesquels des droits additionnels de 15% pourraient être imposés.

“La Chine n’espère pas une guerre commerciale mais elle n’a pas peur de s’y engager”, a expliqué le ministère chinois du Commerce dans un communiqué.

Les Etats-Unis ont par ailleurs porté plainte vendredi contre la Chine devant l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) pour violation de la législation sur la propriété intellectuelle.

Face à ces tensions entre les deux premières puissances mondiales, l’annonce d’une exemption provisoire pour l’Union européenne des droits de douane sur les importations américaines d’acier et d’aluminium n’a pas suffi à rassurer les opérateurs de marchés.

Le retour de la volatilité - avec un indice Vix revenu à 25 - et le regain d’aversion au risque ont favorisé un retour vers les actifs refuge, comme l’or (+1%), le yen (+0,26%) et les rendements obligataires.

Le 10 ans américain se stabilise autour de 2,83%, contre un pic à 2,936% jeudi après le communiqué de politique monétaire de la Réserve fédérale. Le Bund allemand de même échéance est inchangé, autour de 0,53%, un plus bas depuis la mi-janvier.

Le marché pétrolier échappe toutefois au mouvement de correction sur les actions, soutenu par les déclarations de l’Arabie saoudite sur sa volonté de poursuivre en 2019 la coordination avec la Russie et d’autres producteurs extérieurs à l’Opep pour désengorger le marché mondial. Le Brent se maintient ainsi autour de 69 dollars le baril.

Sur le marché des changes, le dollar abandonne 0,27% face à un panier de devises de référence, permettant à l’euro de revenir autour de 1,2340.

DÉGAGEMENTS SUR LES TECHS ET L’AUTOMOBILE

Aux valeurs, les secteurs les plus exposés aux tensions commerciales - industriels et technologie en tête - sont logiquement les plus pénalisés.

L’indice Stoxx du compartiment technologique lâche 1,57%, celui de l’automobile recule de 1,78% et le secteur des ressources de base cède 2,04%.

A Paris, STMicroelectronics (-4,2%) accuse le plus fort repli du CAC 40, suivi d’ArcelorMittal (-3,17%) et de Michelin (-2,48%) qui souffre en outre d’un abaissement du conseil de Morgan Stanley.

Lanterne rouge du SBF 120, Wendel chute encore de 5,07% après la dégradation de la recommandation de Société générale à “conserver” contre “acheter”. Les investisseurs se sont inquiétés jeudi de l’impact de la baisse de la devise nigériane sur le groupe d’infrastructures télécoms IHS, détenu à 21,3% par la société d’investissement.

Le distributeur britannique Next se distingue quant à lui à la hausse, avec un bond de 6,84%, la plus forte hausse du Stoxx 600, le marché saluant le maintien de sa prévision de bénéfice annuel.

Édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below