February 8, 2018 / 2:04 PM / 4 months ago

Recul en vue en 2018 pour le logement individuel neuf

PARIS (Reuters) - Le marché de la construction de maisons individuelles neuves, qui s’est essoufflé en 2017, devrait franchement reculer cette année, accusant le contrecoup des mesures prises par le gouvernement, a annoncé jeudi la LCA-FFB (Les Constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment).

Le marché de la construction de maisons individuelles neuves, qui s'est essoufflé en 2017, devrait franchement reculer cette année, accusant le contrecoup des mesures prises par le gouvernement, a annoncé jeudi la LCA-FFB (Les Constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment). /Photo prise le 19 octobre 2017/REUTERS/Philippe Wojazer

Les ventes brutes de maisons individuelles neuves n’ont progressé que de 1% l’an dernier, à 135.000 unités, alors qu’elles avaient enregistré des taux de croissance à deux chiffres les deux années précédentes (+13,7% en 2015 et +19,5% en 2016), selon LCA-FFB, qui regroupe principalement les constructeurs de maisons individuelles.

Pour 2018, cette fédération “redoute” une baisse des ventes brutes dans une fourchette de 8% à 10%, du fait de la suppression de l’”APL accession” et de la baisse de moitié du prêt à taux zéro (PTZ) dans les zones rurales, qui sont “les terres d’élection de la maison individuelle neuve”, a rappelé le président de LCA-FFB, Patrick Vandromme, également président de Maisons France confort.

La fin du dispositif d’aide à l’investissement locatif (dit “Pinel”) devrait également alimenter cette baisse. Même s’il est très peu utilisé dans le logement individuel, cela représente tout de même “un petit millier de maisons en moins”, d’après Patrick Vandromme.

“Mais on espère quand même que la relance de l’économie et l’amélioration des chiffres du chômage redonneront confiance à nos compatriotes, ce qui permettra peut-être de compenser une partie de cette baisse attendue”, a-t-il précisé.

D’après LCA-FFB, le recul des ventes devrait être particulièrement sensible en début d’année, avec une demande “amputée” par les contrats signés par anticipation à l’automne, dans la perspective du recentrage du PTZ et probablement ralentie par les intempéries de janvier et février.

Le chiffre d’affaires et l’activité devraient cependant afficher de solides performances au premier semestre, du fait du stock de ventes accumulées jusqu’en octobre dernier et du délai de huit mois séparant la signature du contrat et l’ouverture du chantier.

La seconde partie de l’année sera marquée par une inflexion négative et les perspectives de l’activité de production pour 2019 suscitent “de plus fortes inquiétudes encore”, a noté Patrick Vandromme.

Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below