February 7, 2018 / 7:43 PM / 8 months ago

EDF peut-être bientôt concurrencé sur l'hydroélectricité

PARIS (Reuters) - Le gouvernement s’est déclaré favorable à l’ouverture des concessions hydroélectriques à la concurrence lors d’une réunion qui s’est tenue mercredi à Matignon en présence des syndicats, a-t-on appris auprès des organisations représentatives.

Le gouvernement s'est déclaré favorable à l'ouverture des concessions hydroélectriques à la concurrence lors d'une réunion qui s'est tenue mercredi à Matignon en présence des syndicats, a-t-on appris auprès des organisations représentatives. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Selon la Fédération nationale des mines et de l’énergie de la CGT (FNME-CGT), des conseillers gouvernementaux ont présenté à cette occasion des propositions destinées à résoudre un litige vieux de plus de deux ans avec la Commission européenne.

L’exécutif entendrait en effet répondre à une mise en demeure que Bruxelles a adressée en octobre 2015 à la France, alors accusée d’avoir conforté la position dominante d’EDF dans ce domaine.

“Ces propositions accélèrent la privatisation des barrages dans un modèle incohérent et limitant fortement les possibilités des opérateurs en place de pouvoir continuer d’exploiter leurs ouvrages”, lit-on dans un communiqué de la FNME-CGT.

Selon un participant à la réunion de mercredi, issu d’un autre syndicat, “le gouvernement veut répondre au contentieux avec la Commission en allant clairement sur son terrain, celui d’une ouverture à la concurrence des concessions”.

Matignon n’a pas répondu aux sollicitations de Reuters.

La mise en concurrence des barrages est devenue un serpent de mer depuis l’annonce, en 2010, d’une série d’appels d’offres pour dix barrages représentant 20% de la puissance hydroélectrique française, conformément à des directives européennes, qui ne s’est jamais concrétisée.

Dans le cadre de la Programmation plurianuelle de l’énergie (PPE), issue de la loi de transition énergétique de 2015, la France a en outre prévu de relancer le développement de l’hydroélectricité par des appels d’offres réguliers et par l’optimisation des concessions existantes.

Actuellement, les concessions sont exploitées à 80% environ par EDF et à 15% par Engie.

L’hydroélectricité est la deuxième source de production électrique derrière le nucléaire et la première source d’électricité renouvelable en France.

Simon Carraud avec Benjamin Mallet et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below