February 6, 2018 / 4:05 PM / in 9 months

Le chinois Geely entre dans le capital de Daimler

FRANCFORT/PEKIN (Reuters) - Le constructeur automobile chinois Geely, en quête d’une alliance dans les voitures électriques, a pris une participation dans Daimler, ont rapporté mardi deux sources proches du dossier.

Le constructeur automobile chinois Geely, en quête d'une alliance dans les voitures électriques, a pris une participation dans Daimler, ont rapporté mardi deux sources proches du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Michaela Rehle

Les sources n’ont pas précisé le montant de la participation mais elle devrait être inférieure à 3%, seuil au-dessus duquel Geely se verrait dans l’obligation d’informer dans les règles les autorités boursières allemandes.

Il n’a pas non plus été possible de savoir si Geely, qui possède le constructeur de taxis londoniens LEVC et des parts du capital du suédois Volvo et du constructeur de voitures de sport Lotus, avait voulu acheter plus d’actions de la maison-mère de Mercedes-Benz.

En novembre, des sources avaient dit que Geely avait souhaité prendre jusqu’à 5% du capital de Daimler via un placement réservé, mais que le groupe allemand s’y était opposé pour éviter une dilution de ses actionnaires existants.

Aujourd’hui, les sources disent que Geely a décidé de se constituer une participation en rachetant des titres existants.

“Geely a choisi surtout de montrer son sérieux et signifier à Daimler qu’il ne va pas s’en aller”, a dit l’une des sources.

Un porte-parole de Geely a refusé de commenter.

Daimler a réaffirmé mardi qu’il accueillerait toute marque d’intérêt d’actionnaires à long terme et a ajouté que tout changement de son actionnariat serait rendu public sur son site.

Geely veut avoir accès à la technologie de fabrication de batteries de Daimler et établir une coentreprise dans les voitures électriques à Wuhan, capitale de la province chinoise de Hubei, selon des sources au fait des intentions du groupe chinois.

Pékin, qui veut réduire la pollution dans les grandes villes chinoises et limiter sa dépendance vis-à-vis des importations de pétrole, fait pression sur les constructeurs chinois afin qu’ils développent leur production de batteries électriques et de voitures hybrides avec la mise en place de quotas pour les années à venir.

Des responsables de Daimler ont fait savoir qu’ils ne voyaient pas la nécessité d’avoir un autre partenaire en Chine compte tenu des capacités d’expansion déjà importantes au travers de la coentreprise avec BAIC Motor.

Les dirigeants du Daimler ont également en tête les problèmes rencontrés par leur concurrent Audi, la marque haut de gamme de Volkswagen, qui, en cherchant à se rapprocher du chinois SAIC, a mécontenté ses concessionnaires locaux, qui dépendent de leur partenaire chinois FAW Motor, ce qui a abouti à perdre du chiffre d’affaires.

Parmi les principaux actionnaires de Daimler figurent le fonds américain Blackrock, qui a annoncé une participation de 5,95% le 15 novembre, le fonds souverain Kuwait Investment Authority avec 5,33% et l’alliance Renault-Nissan avec 3,1%, selon le régulateur des marchés financiers allemands BaFin.

L’action Daimler recule de 0,5% à 70,35 euros vers 15h10 GMT.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below