January 29, 2018 / 9:51 AM / 10 months ago

Les actions européennes hésitent, rebond timide du dollar

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont proches de l’équilibre en début de séance lundi, tiraillées entre les records inscrits vendredi par Wall Street et la vigueur de l’euro à l’orée d’une semaine qui sera animée à la fois par une avalanche de publications de résultats et par la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine.

Les principales Bourses européennes sont proches de l'équilibre en début de séance lundi, tiraillées entre les records inscrits vendredi par Wall Street et la vigueur de l'euro. À Paris, le CAC 40 recule de 0,06% après une heure d'échanges. À Francfort, le Dax est pratiquement inchangé (+0,01%) et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,07%. /Photo prise le 3 janvier 2018/REUTERS/Simon Dawson

À Paris, le CAC 40 recule de 0,06% à 5.526,03 points après une heure d’échanges. À Francfort, le Dax est pratiquement inchangé (+0,01%) et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,07%. L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,11%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,12% et le Stoxx 600 de 0,07%.

Les trois principaux indices de la Bourse de New York ont fini vendredi sur de nouveaux records de clôture, profitant de la forte progression du géant des semi-conducteurs Intel (+10,55%) et du groupe pharmaceutique AbbVie (+13,77%) après leurs résultats.

En Asie, la Bourse de Tokyo a fini stable mais l’indice MSCI des valeurs d’Asie-Pacifique hors Japon (+0,01%) a inscrit un nouveau plus haut historique à 617,12 points, la progression de Séoul (+0,91%), Taiwan (+0,67%) et Singapour (+0,32%) ayant compensé le recul des marchés chinois; le CSI 300 des principales capitalisations de Chine continentale a cédé 1,81%, sa plus forte baisse depuis plus de deux mois, sur des prises de profit.

En Europe comme aux Etats-Unis, les publications de résultats vont une nouvelle fois animer la semaine, plusieurs dizaines de grands groupes cotés figurant à l’agenda des prochains jours d’ArcelorMittal à Siemens en Europe et de Boeing à Apple aux Etats-Unis.

Le spécialiste des capteurs électroniques AMS, basé en Autriche mais coté sur le marché suisse, bondit de 21,21% après l’annonce d’un quasi-doublement de son chiffre d’affaires l’an dernier et d’un important relèvement de sa prévision de croissance des revenus d’ici 2019.

Dans le secteur, le franco-italien STMicroelectronics prend 3,57% - de loin la plus forte hausse du CAC - l’allemand Dialog Semiconductor 4,93% et le français Soitec 3,18%. L’indice Stoxx européen des hautes technologies s’adjuge ainsi 0,38%.

La meilleure performance sectorielle revient toutefois au compartiment des matières premières (+0,95%), qui profite de la faiblesse persistante du dollar.

LE RENDEMENT À CINQ ANS ALLEMAND EN TERRITOIRE POSITIF

Dans l’actualité des fusions-acquisitions, Sanofi évolue sur une note stable (+0,01%) après l’annonce d’une offre d’achat amicale de 3,9 milliards d’euros sur le groupe biopharmaceutique belge Ablynx. [L8N1PO15E] La cotation d’Ablynx est suspendue jusqu’à 09h30 GMT.

Sur le marché des changes, le dollar, en dépit d’un petit rebond, reste proche de son plus bas niveau depuis plus de trois ans face à un panier de devises de référence. Il vient d’enregistrer sa sixième semaine consécutive de baisse, les autres grandes devises comblant une partie de leur écart en s’appuyant sur les perspectives de resserrement graduel des politiques monétaires en zone euro et au Japon.

Les cambistes n’attendent pas d’annonce spectaculaire à l’issue de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine mercredi, qui sera la dernière présidée par Janet Yellen avant qu’elle cède son siège à Jerome Powell.

L’euro, lui, se traite juste au-dessus de 1,24 dollar, en léger repli face au billet vert, s’éloignant de son pic de jeudi à 1,2536.

La livre sterling cède du terrain face au dollar et, dans une moindre mesure, face à l’euro avant la réunion à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne sur le cadre des négociations à venir sur la “période de transition” appelée à suivre le Brexit après mars 2019.

Sur le marché obligataire, la remontée des rendements obligataires ne se dément pas: le cinq ans allemand est repassé en territoire positif pour la première fois depuis la fin 2015, soutenu entre autres par les déclarations ce week-end du président de la banque centrale néerlandaise, Klaas Knot, sur la nécessité de mettre fin dès que possible aux achats d’actifs de la BCE.

Le dix ans allemand est quant à lui au plus haut depuis deux ans à 0,66% et son équivalent français, à plus de 0,94%, au plus haut depuis juillet.

Cette évolution des marchés de taux nuit aux valeurs immobilières comme Unibail-Rodamco (-0,88%), lanterne rouge du CAC 40.

Les cours du pétrole évoluent en ordre dispersé, entre hausse de la production nord-américaine et baisse du dollar: le Brent cède un peu de terrain mais reste à plus de 70 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) est en hausse timide, à plus de 66 dollars.

Edité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below