January 25, 2018 / 6:59 AM / in 4 months

STMicroelectronics brille en 2017, un Français au poste de PDG

par Gwénaëlle Barzic et Eric Auchard

STMicroelectronics a annoncé jeudi le remplacement à venir de son PDG Carlo Bozotti par le Français Jean-Marc Chéry (photo), actuellement directeur général délégué, alors que le groupe a confirmé en 2017 son redressement avec un bond de ses ventes et de sa rentabilité. /Photo prise le 12 octobre 2017/REUTERS/Charles Platiau

PARIS/FRANCFORT (Reuters) - STMicroelectronics a officialisé jeudi le remplacement de son PDG Carlo Bozotti par le Français Jean-Marc Chéry, actuel directeur général délégué, alors que le groupe a amplifié en 2017 son redressement avec un bond de ses ventes et de sa rentabilité, signant son meilleure exercice depuis 2010.

Porté par une fin d’année supérieure à ses attentes et à celles du marché, le fabricant franco-italien de semi-conducteurs a enregistré l’an dernier des ventes en hausse de près de 20% à 8,35 milliards de dollars tandis que son résultat net a bondi à 802 millions (+79,4%).

Le numéro deux européen du secteur, qui a signé en 2017 la deuxième meilleure performance du CAC 40, a profité à la fois du recentrage de ses activités sur les segments porteurs de l’automobile et de l’internet des objets et du gain de contrats majeurs, notamment avec le géant américain Apple.

“Le chiffre d’affaires net de l’exercice 2017 a progressé de 19,7%, grâce à une solide croissance dans tous les groupes produits et toutes les zones géographiques”, a déclaré dans un communiqué Carlo Bozotti, qui prendra sa retraite lors de la prochaine assemblée générale après 41 ans passés dans la société.

Jean-Marc Chéry, désigné directeur général délégué l’an dernier au terme d’un processus long et compliqué, prendra sa suite à la tête du fabricant, dont les Etats français et italien sont actionnaires.

STMicroelectronics, qui a pour président non exécutif le numéro un de Bpifrance Nicolas Dufourcq, a par ailleurs annoncé le départ de son directeur financier Carlo Ferro, à qui va succéder l’italien Lorenzo Grandi.

LE T1 ATTENDU EN REPLI

Le groupe, qui a fait son retour dans le CAC 40 l’an dernier quatre ans après en être sorti, a profité d’une fin d’année en fanfare, portée par les ventes d’imageurs et de microcontrôleurs à la faveur de la montée en puissance des commandes pour Apple, dont STM équipe les derniers smartphones de capteurs 3D.

Son chiffre d’affaires s’est établi à 2,47 milliards de dollars au quatrième trimestre, en hausse de 15,5% par rapport au trimestre précédent, tandis que la marge brute a atteint 40,6%, les deux indicateurs s’établissant à des niveaux supérieurs aux prévisions du groupe (croissance séquentielle de 10,0% et marge brute de 39,9% au point médian).

Cette performance dépasse également le consensus du marché, qui anticipait pour le trimestre des ventes de 2,35 milliards de dollars selon les estimations compilées par Inquiry Financial.

“Nous anticipons une bonne croissance sur tous les tableaux”, a déclaré Carlo Bozotti lors d’une conférence analystes à propos de l’exercice 2018, précisant ne pas avoir constaté d’essoufflement de la dynamique qui porte l’ensemble du secteur.

Pour le premier trimestre, le groupe anticipe cependant une baisse séquentielle d’environ 10% de son chiffre d’affaires ainsi qu’un recul de la marge brute à 39,5%, en raison de bases de comparaison élevées et d’une période traditionnellement plus faible pour les applications dédiées aux smartphones.

A 13h07, l’action de STM prend 1,17% à 19,01 euros, surperformant nettement l’indice SBF 120 (0,37%).

Mercredi, le titre avait abandonné 6% après la publication d’une note de JPMorgan pessimiste pour les fournisseurs d’Apple en raison des craintes concernant des ventes moins fortes qu’espéré de l’iPhone X.

L’exposition de STM à Apple reste cependant limitée - entre 6 et 8% selon des estimations d’analystes - en comparaison avec d’autres fabricants.

STMicroelectronics, qui prévoit une nouvelle enveloppe d’investissements élevés pour accompagner la montée en puissance de plusieurs gros contrats, s’attend à une accélération des ventes en deuxième partie d’année qu’il n’a pas quantifiée.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below