January 8, 2018 / 6:59 PM / 8 months ago

Le repli de l'euro en soutien aux actions, pause à Wall Street

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses de la zone euro ont terminé en hausse lundi, amplifiant leur progression des premiers jours de l’année, l’effet positif du repli de l’euro l’emportant sur le recul de Wall Street avant le début des publications de résultats.

Les principales Bourses de la zone euro ont terminé en hausse lundi, amplifiant leur progression des premiers jours de l'année, l'effet positif du repli de l'euro l'emportant sur le recul de Wall Street avant le début des publications de résultats. À Paris, le CAC 40 a fini sur un gain de 0,31%, et à Francfort, le Dax a progressé de 0,36%. Le FTSE 100 à Londres a perdu 0,36%. /Photo prise le 3 janvier 2018/REUTERS/Simon Dawson

À Paris, le CAC 40 a fini sur un gain de 0,31% (16,67 points) à 5.487,42 points, sa meilleure clôture depuis le 6 novembre, et à Francfort, le Dax a progressé de 0,36%.

L’indice EuroStoxx 50 a pris 0,24%, le FTSEurofirst 300 0,26% et le Stoxx 600 s’est adjugé 0,27% pour clôturer au plus haut depuis août 2015.

Cette progression doit beaucoup au repli marqué de l’euro, victime de prises de bénéfice après la baisse inattendue des commandes à l’industrie en Allemagne: en fin de séance, la monnaie unique abandonnait près de 0,5% face au dollar, retombant vers 1,1975, contre un pic à plus de 1,2080 dollar la semaine dernière.

Le billet vert, au contraire, a atteint son plus haut niveau depuis plus d’une semaine face à un panier de référence, contre lequel il s’apprécie de 0,39%.

Hors zone euro, le FTSE 100 à Londres a perdu 0,36% et l’indice SMI du marché suisse a abandonné 0,16%. A Wall Street, la tendance était hésitante au moment de la clôture européenne: le Dow Jones cédait 0,05% tandis que le Nasdaq Composite, dans le rouge à l’ouverture, prenait 0,19% après un nouveau record à 7.153,45 points.

Le Stoxx 600 européen affiche une progression de près de 2,4% sur les cinq premières séances de 2018 le S&P 500 un gain de plus de 2,6%, son meilleur début d’année depuis dix ans.

Si ces bonnes performances s’expliquent, comme celles de 2017, par la bonne santé de l’économie mondiale, la croissance des bénéfices des sociétés cotées et l’impact attendu de la réforme fiscale américaine, les investisseurs attendent désormais les résultats des entreprises pour savoir si elles sont ou non justifiées. Or la saison des trimestriels débutera pour de bon en fin de semaine avec entre autres la publication de ceux de JPMorgan Chase et Wells Fargo.

BAISSE DES RENDEMENTS EN ZONE EURO

Aux valeurs en Europe, la hausse du jour a profité en premier lieu aux secteurs cycliques comme les matières premières (+1,63%) et l’automobile (+0,89%).

Fiat Chrysler Automobiles (+1,06%) a inscrit un record, porté par une étude de Morgan Stanley évoquant une possible scission de la marque Jeep. A Paris, Renault a pris 1,46% et PSA 0,39%.

Aux fusions-acquisitions, le spécialiste belge des biotechnologies Ablynx, dont la cotation a été suspendue pendant la majeure partie de la séance, a fini sur un bond de 45,28% après l’offre d’achat du spécialiste danois de l’insuline Novo Nordisk (+0,41%), d’un montant de 2,6 milliards d’euros, qu’il a rejetée.

A la baisse, Carrefour a perdu 3,11% après des notes d’analystes prudentes à l’approche de la publication du chiffre d’affaires trimestriel et de la présentation du nouveau plan stratégique.

A Londres, Micro Focus, qui a racheté l’an dernier les activités de logiciels de Hewlett-Packard Enterprise, a chuté de 16,93% après avoir dit prévoir une baisse de son chiffre d’affaires annuel.

Sur le marché des emprunts d’Etat de la zone euro, les rendements sont repartis à la baisse, la publication de nouveaux indicateurs soulignant la bonne santé de l’économie de la région l’emportant sur la perspective d’importantes adjudications dans les jours à venir, pour lesquelles les analystes s’attendent à une demande soutenue.

Le pétrole subit quant à lui des prises de profit après les plus hauts de plus de deux ans et demi touchés la semaine dernière. Le Brent est revenu vers 67,60 dollars, le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) sous 61,50.

Edité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below