January 8, 2018 / 3:39 PM / 4 months ago

Marseille, le nouveau hub européen du textile chinois

par Jean-François Rosnoblet

Le "Marseille International Fashion Center" (MIF 68), l'un des plus grands centres sino-européens du textile, entend s'inscrire comme une étape privilégiée sur la nouvelle route de la Soie entre la Chine et l'Europe soutenue lundi par Emmanuel Macron. /photo prise le 8 janvier 2018/REUTERS/Jean-Paul Pelissier

MARSEILLE (Reuters) - Le “Marseille International Fashion Center” (MIF 68), l’un des plus grands centres sino-européens du textile, entend s’inscrire comme une étape privilégiée sur la nouvelle route de la Soie entre la Chine et l’Europe soutenue lundi par Emmanuel Macron

Dévoilé en 2013, le projet The Belt and Road Initiative (BRI) fait partie du plan du président chinois Xi Jinping, qui vise à renforcer les échanges entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe grâce à des investissements dans les infrastructures, recréant les anciennnes liaisons de la route de la Soie.

“La France doit devenir une étape essentielle de cette BRI, qui représente un investissement colossal dans les dix ans à venir”, a dit à Reuters Xavier Giocanti, qui dirige le groupe immobilier Résiliance, propriétaire du terrain sur lequel a été érigé le centre de grossistes.

“Marseille et le MIF doivent être l’un des bouts de la chaîne de cette énorme opération qui est en train de se mettre en place à l’échelon planétaire”, ajoute l’homme d’affaires marseillais.

C’est en février que doit être officiellement inauguré la première tranche de ce projet qui doit accueillir près d’une centaine de showrooms d’entreprises chinoises spécialisées dans le textile en gros dans des magasins construits à partir de containers maritimes transformés.

“C’est un lieu unique et facilement accessible pour pouvoir découvrir les nouvelles collections et s’approvisionner dans les meilleures conditions”, souligne Dingguo Chen, l’un des plus anciens grossistes chinois installés à Marseille et président du MIF 68.

L’investissement de la première tranche est de l’ordre de 17 millions d’euros, uniquement constitués de fonds privés, pour un programme qui doit générer de 300 à 350 emplois, dont la moitié de créations.

Le projet prévoit aussi une seconde tranche pour abriter fabricants et plates-formes de commerce électronique spécialisés dans le commerce entre la Chine et l’Europe. A terme, il doit générer la création d’environ 600 emplois, dont une majorité réservée aux habitants des quartiers Nord de Marseille, les plus durement frappés par la crise et le chômage.

“C’est déjà le cas pour la sécurité du site, qui est assurée par des entreprises installées dans les quartiers Nord de Marseille”, indique Xavier Giocanti.

DEVELOPPER LE PORT DE MARSEILLE

L’initiative, pour un investissement global de 30 millions d’euros, a été bien accueillie par les politiques locaux.

“C’est une opération remarquable et d’un intérêt économique majeur pour le développement de la ville”, dit le maire (LR) de Marseille, Jean-Claude Gaudin, qui rappelle que “la majorité des textiles fabriqués en Asie est importée en France via les ports du Havre et d’Anvers”.

L’installation du MIF 68 pourrait donc stimuler l’activité du port de Marseille et en faire un centre d’échanges franco-chinois majeur en Méditerranée. Avec l’ambition à terme de voir le MIF rivaliser avec les plus gros centres de grossistes du monde, comme le Cifa d’Aubervilliers (France) ou le Dragon Mart de Dubaï.

L’ouverture en février de ce nouveau hub “va avoir des répercussions immédiates sur le trafic conteneur du port, et un impact non négligeable sur les exportations vers les pays du Maghreb qui représentent le tiers des clients des grossistes installés à Marseille”, selon Xavier Giocanti.

Le compagnon de Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international, fait ainsi écho aux attentes d’Emmanuel Macron pour qui la nouvelle route de la Soie voulue par Pékin ne saurait être à sens unique.

“Après tout, les routes de la Soie n’ont jamais été purement chinoises”, a déclaré le chef de l’Etat français à une assemblée de chercheurs, d’étudiants et hommes d’affaires réunis à Xian, ancien point de départ oriental de la route de la Soie.

Dévoilé en 2013, le projet de nouvelle route de la Soie de Pékin vise à renforcer les échanges entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe grâce à des investissements dans les infrastructures.

Le président chinois Xi Jinping a promis en mai une enveloppe de 124 milliards de dollars pour son ambitieux projet, vu en Europe comme un outil d’affirmation de l’influence chinoise.

Edité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below