January 5, 2018 / 12:28 PM / 8 months ago

L'inflation en zone euro ralentit, la BCE confortée dans ses choix

BRUXELLES/FRANCFORT (Reuters) - L’inflation en zone euro a légèrement ralenti comme prévu en décembre, une évolution qui justifie le choix de la Banque centrale européenne (BCE) de maintenir sa politique monétaire ultra-accommodante malgré les pressions de l’Allemagne et d’autres pays riches du bloc en faveur d’un resserrement.

Le siège de la BCE, à Francfort. L'inflation en zone euro a légèrement ralenti comme prévu en décembre, une évolution qui justifie le choix de la Banque centrale européenne (BCE) de maintenir sa politique monétaire ultra-accommodante malgré les pressions de l'Allemagne et d'autres pays riches du bloc en faveur d'un resserrement. /Photo prise le 7 décembre 2017/REUTERS/Ralph Orlowski

La BCE a fait savoir qu’elle continuerait d’acheter des obligations au moins jusqu’en septembre et qu’elle maintiendrait ses taux bas bien après, afin d’amener l’inflation vers son objectif d’un peu moins de 2%. Mais les responsables politiques aux Pays-Bas, en Allemagne et dans d’autres pays du Nord de l’Europe jugent préoccupante la poursuite d’une politique trop accommodante dans un contexte de forte croissance économique.

La hausse des prix dans les 19 pays partageant la monnaie européenne est ressortie à 1,4% sur un an en décembre en première estimation, exactement au même rythme que la moyenne des anticipations des économistes, après 1,5% en novembre, montrent les chiffres publiés vendredi par Eurostat.

Mais en excluant les deux éléments volatils que sont les produits alimentaires non transformés et l’énergie, l’inflation dite “de base” est légèrement supérieure aux attentes, à 1,1% sur un an, comme en novembre, alors que le consensus était à 1,0%, a précisé l’institut européen de la statistique.

Les prix des produits alimentaires non transformés ont augmenté de 1,9% sur un an, contre 2,4% en novembre, et ceux de l’énergie ont progressé de 3,0%, après +4,7% en novembre.

“Il n’y a pas de forte pression sur la BCE pour arrêter progressivement le QE”, commente Kenneth Broux, chargé de la stratégie à la Société Générale, faisant référence au programme d’assouplissement quantitatif mis en place en janvier 2015.

La légère décélération de l’inflation était attendue par la BCE et par les économistes interrogés par Reuters.

Mais la hausse de 1,6% sur un an des prix à la consommation au mois de décembre en Allemagne - un pic d’inflation de cinq ans - a ravivé les spéculations sur le risque d’une accélération inattendue de l’inflation en zone euro.

L’euro a légèrement réduit ses pertes vendredi, à la suite de la publication de la statistique sur l’inflation en zone euro, après avoir touché un sommet de quatre mois la veille, à 1,2089 dollars. Le renchérissement de l’euro pourrait constituer un casse-tête pour la BCE en rendant les importations de la zone euro moins chères et les exportations difficiles.

“Un euro au-dessus de 1,20 dollar n’aide pas la situation dans la mesure où il devrait retarder le retour vers l’objectif d’inflation (de la BCE)”, souligne Kenneth Broux.

La banque centrale doit tenir sa prochaine réunion de politique monétaire le 25 janvier et les investisseurs surveilleront lors de la conférence de presse de Mario Draghi le moindre de signe d’inquiétude face à la fermeté de l’euro.

Jan Strupczewski, Juliette Rouillon et Claude Chendjou pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below