December 21, 2017 / 6:03 PM / 9 months ago

Lanvin, faute d'injection de capital, vise d'autres solutions de secours

PARIS (Reuters) - Lanvin n’a pas reçu l’injection de capital promise par son actionnaire majoritaire, ont déclaré à Reuters deux sources proches du dossier, tandis que la direction de la maison de couture a assuré de son côté pouvoir trouver d’autres solutions de relance de l’entreprise.

Lanvin n'a pas reçu l'injection de capital promise par son actionnaire majoritaire, ont déclaré à Reuters deux sources proches du dossier, tandis que la direction de la maison de couture a assuré de son côté pouvoir trouver d'autres solutions de relance de l'entreprise. /Photo prise le 21 décembre 2017/REUTERS/Charles Platiau

Début novembre, la propriétaire de la griffe, Shaw-Lan Wang, avait annoncé son intention de recapitaliser la griffe, après que Reuters eut révélé que le commissaire aux comptes avait alerté le tribunal de commerce de Paris sur la situation financière critique de l’entreprise.

“Une assemblée générale des actionnaires était prévue le 23 novembre pour décider d’une augmentation de capital. Elle a été reportée au 29 novembre puis au 20 décembre et n’a finalement pas eu lieu”, ont déclaré à Reuters deux sources proches du dossier.

Joint par Reuters, Nicolas Druz, récemment nommé directeur général délégué, a assuré que “des solutions financières et industrielles pérennes, ne passant pas par une augmentation de capital, seront trouvées d’ici la fin mars”.

Elles permettront de régler les problèmes de trésorerie et de relancer le développement de la société, a-t-il ajouté.

“Les salaires de décembre, janvier et février seront payés”, a tenu à préciser le dirigeant.

Prise dans la tourmente depuis le départ de son ancien directeur artistique Alber Elbaz, en octobre 2015, la plus ancienne maison de couture française encore en activité ne parvient pas à endiguer la chute de ses ventes.

Son chiffre d’affaires est tombé à 96,9 millions d’euros cette année, accusant une chute de 32,9% après un plongeon de 23% en 2016, a indiqué une des sources.

Cette évolution contraste avec le rebond observé depuis un an chez certaines marques de luxe comme Louis Vuitton (propriété de LVMH) ou Gucci (Kering) qui profitent d’une explosion des achats de la clientèle chinoise.

PERTES ACCRUES

Dans ce contexte, les pertes de 2017 risquent de largement dépasser les 27 millions d’euros prévus en début d’année, après une perte nette de 18,3 millions en 2016.

La trésorerie de l’entreprise s’élève quant à elle à 15,9 millions d’euros, selon les mêmes sources.

Aucune explication n’a filtré sur les raisons de l’annulation de l’assemblée générale prévue le 20 décembre, qui pourrait être liée à un désaccord entre actionnaires.

Shaw-Lan Wang contrôle 75% du capital de Lanvin. Le solde est détenu par l’homme d’affaires suisse Ralph Bartel qui, en désaccord avec la stratégie et le choix d’un designer sur lequel il n’a pas été consulté, a démissionné du conseil d’administration en juillet dernier.

En juillet, la nomination d’Olivier Lapidus, connu pour avoir dessiné des meubles pour le soldeur Gifi ou des robes de mariée pour la marque Pronuptia, à la tête de la direction artistique avait fait l’effet d’une bombe dans l’entreprise comme dans les milieux de la mode.

Par ailleurs, une sentence arbitrale est attendue prochainement concernant le contentieux qui oppose Lanvin à Alber Elbaz sur les conditions de son départ.

Les dommages et intérêts réclamés par le couturier s’élèveraient à plusieurs dizaines de millions d’euros, selon une autre source.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below