December 20, 2017 / 9:36 AM / 8 months ago

Janssen-Cilag (J&J) écope d'une amende de 25 millions d'euros

PARIS (Reuters) - L’autorité de la concurrence a annoncé mercredi avoir infligé une amende 25 millions d’euros au laboratoire Janssen-Cilag et sa maison mère, l’américain Johnson & Johnson, pour avoir limité le développement des génériques de son antalgique Durogesic.

L'autorité de la concurrence a annoncé mercredi avoir infligé une amende 25 millions d'euros au laboratoire Janssen-Cilag et sa maison mère, l'américain Johnson & Johnson, pour avoir limité le développement des génériques de son antalgique Durogesic. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann

Le Durogesic est un analgésique opioïde puissant, dont la substance active est le fentanyl, prescrit contre des douleurs sévères, notamment dans les cas de cancer. Il se présente sous forme de patch et est souvent apposé lorsque les malades ne supportent plus d’autres médicaments, en particulier en fin de vie.

En cas de mauvaise utilisation, il peut provoquer des overdoses mortelles.

L’Autorité de la concurrence a sanctionné la filiale de J&J pour être intervenue de façon répétée auprès de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) dans la procédure visant à l’inscription du générique en France en 2008. Janssen-Cilag a d’autre part mis en œuvre une campagne de dénigrement de ces génériques auprès des médecins et pharmaciens, a ajouté le régulateur.

La plainte a été déposée par la société allemande Ratiopharm, fabricante d’un générique du Durogesic et qui appartient aujourd’hui à l’israélien Teva Pharmaceuticals.

Après l’expiration du brevet de cet antalgique en 2005, Ratiopharm avait obtenu une autorisation de mise sur le marché en Allemagne, puis en France par le biais d’une procédure engagée à l’échelle européenne.

Une fois l’autorisation de mise le marché de la Commission obtenue, la délivrance en France devait se faire dans les 30 jours. “Janssen-Cilag est intervenu pour bloquer la délivrance du statut de générique en France alors même que cette délivrance était obligatoire”, a indiqué l’Autorité de la concurrence.

“Nous contestons fermement tant les déclarations contenues dans le communiqué de presse de l’Autorité de la concurrence publié ce jour que son analyse”, a indiqué une porte-parole de J&J dans un courriel à Reuters, en ajoutant que l’entreprise étudiait les options juridiques possibles.

En 2013, Sanofi s’était vu infliger une amende de 40,6 millions d’euros pour avoir dénigré les génériques concurrents de son anticoagulant Plavix. La même année, l’Autorité de la concurrence avait sanctionné à hauteur de 15,3 millions d’euros Schering-Plough pour entrave à l’arrivée du générique de son Subutex.

Avec Gilles Guillaume pour le service français, édité par Marc Joanny

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below