December 8, 2017 / 5:15 PM / in 6 months

L'emploi américain n'a pas remis en cause la hausse des actions

par Marc Angrand

Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi. À Paris, le CAC 40 a fini sur un gain de 0,28% (15,23 points) à 5.399,09 points. À Londres, le FTSE 100 a pris 1% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,83%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi, profitant de la forte progression des valeurs bancaires, mais aussi d’un faisceau de bonnes nouvelles, sur le Brexit entre autres, et de l’absence de mauvaise surprise dans le rapport mensuel sur l’emploi américain.

À Paris, le CAC 40 a fini sur un gain de 0,28% (15,23 points) à 5.399,09 points. À Londres, le FTSE 100 a pris 1% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,83%.

L’indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,51%, le FTSEurofirst 300 de 0,8% et le Stoxx 600 de 0,73%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi dans le vert, le Dow Jones s’adjugeant 0,27% et le Nasdaq Composite 0,43%.

Au lendemain de la présentation de l’accord sur les normes bancaires dites “Bâle III”, saluées par une nette hausse des valeurs financières, la journée avait bien commencé en Asie avec une révision en forte hausse de la croissance japonaise, puis les chiffres meilleurs qu’attendu de la balance commerciale chinoise.

Les investisseurs ont ensuite été soulagés par l’annonce d’un accord entre le gouvernement britannique et les institutions communautaires européennes permettant d’engager la deuxième phase des négociations sur les modalités du Brexit.

La nouvelle a profité à la livre sterling, qui a atteint un plus haut de six mois face à l’euro avant de souffrir de prises de profit. Ce repli de la devise britannique a d’ailleurs permis à la Bourse de Londres d’amplifier sa progression.

LA FAIBLE HAUSSE DES SALAIRES AUX USA FREINE LE DOLLAR

Le grand rendez-vous économique du jour, à savoir la publication des chiffres mensuels de l’emploi aux Etats-Unis, n’a pas chamboulé la tendance générale: l’économie américaine a créé 228.000 postes le mois dernier, alors que le marché en attendait 200.000; la révision des chiffres de septembre et octobre se solde en outre par un gain de 3.000 emplois et le taux de chômag est resté stable à 4,1%.

Le dollar a cependant réduit sa progression en réaction au chiffre jugé décevant du salaire horaire moyen, en hausse de 0,2% seulement le mois dernier alors que le marché tablait sur une progression de 0,3%.

“Ces chiffres ne sont pas à même de faire changer d’avis la Réserve fédérale américaine quant à sa volonté de remonter ses taux directeurs la semaine prochaine”, commente Mirabaud Securities en référence à la réunion de politique monétaire de la Fed mardi et mercredi prochains. “Se pose maintenant la question: combien de hausses pour 2018 ?”

A l’approche de la mi-séance à Wall Street, le dollar gagnait 0,15% face à un panier de devises de référence, restant sous le niveau atteint avant les chiffres de l’emploi. L’euro se traitait alors autour de 1,1760 dollar et s’acheminait vers une baisse de près de 1,1% face au billet vert sur l’ensemble de la semaine.

LE BITCOIN DANS LE ROUGE

Du côté des actions européennes, la meilleure performance du jour revient aux valeurs bancaires, avec une progression de 2,22% pour l’indice Stoxx du secteur.

A Paris, Crédit agricole (+3,86%), BNP Paribas (+3,01%) et Société générale (+2,25%) se classent en tête du CAC. Mais le mouvement de hausse ne s’est pas limité à l’Hexagone: Intesa Sanpaolo a pris 2,64%, Deutsche Bank 3,29% et ING Groep 2,05%.

Le CAC a en revanche été pénalisé par la baisse de 0,92% de Total, JPMorgan ayant abaissé sa recommandation sur le groupe pétrolier à “sous-pondérer”. De même, PSA a cédé 1,31%, Goldman Sachs étant passé à la vente sur la valeur.

A Francfort, la descente aux enfers s’est poursuivie pour Steinhoff, qui a perdu 20,67% sur la journée, portant à 86% son recul sur l’ensemble de la semaine

En cinq séances, le CAC 40 a gagné 1,55% et le Stoxx 600 1,38%.

Le marché pétrolier, lui, est en nette hausse, porté par l’annonce d’une hausse de la demande chinoise de brut et la menace d’une grève dans les semaines à venir au Nigeria, le premier exportateur africain.

Enfin, parmi les perdants du jour figure en bonne place le bitcoin, qui a perdu près de 20% en dix heures pour revenir, sur la plate-forme Bitstamp, de 16.666 à 13.482 dollars. Il est remonté par la suite à plus de 15.300 dollars.

Edité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below