5 décembre 2017 / 16:48 / dans 7 jours

Le Dengvaxia de Sanofi déconseillé l'an dernier en outre-mer

PARIS (Reuters) - Le Haut Conseil de la santé publique a déconseillé l‘an dernier une utilisation anticipée du vaccin de Sanofi contre la dengue en outre-mer, montrent des documents publiés par cette instance en juin et octobre 2016.

Le Haut Conseil de la santé publique a déconseillé l'an dernier une utilisation anticipée du vaccin de Sanofi contre la dengue en outre-mer, montrent des documents publiés par cette instance en juin et octobre 2016. /Photo prise le 5 décembre 2017/REUTERS/Romeo Ranoco

Le groupe pharmaceutique français a fait savoir la semaine dernière que le vaccin, vendu sous la marque Dengvaxia, pouvait aggraver la maladie chez les personnes jamais infectées auparavant par ce virus transmis par les moustiques.

Cela a amené les Philippines à retirer le vaccin de la vente et à suspendre une campagne publique d‘immunisation de centaines de milliers d‘enfants.

L‘Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit mardi qu‘elle soutenait la décision de Manille jusqu‘à ce que des informations supplémentaires soient apportées.

L‘OMS, dont un comité d‘experts se réunira la semaine prochaine pour examiner le dossier, avait diffusé à la mi-2016 un rapport recommandant de ne pas vacciner les personnes n‘ayant jamais été infectées.

La dengue fait 20.000 morts chaque année et des centaines de millions de personnes sont infectées.

Le Dengvaxia, premier vaccin contre la dengue autorisé dans le monde, a été approuvé dans 19 pays et est utilisé dans 11. Il est en cours d‘évaluation par l‘Agence européenne du médicament (EMA).

Dans un avis daté du 22 juin 2016, le Haut Conseil de la santé publique écrit qu‘il “ne recommande pas l’introduction de la vaccination contre la dengue à La Réunion et Mayotte” en indiquant que son efficacité n‘est pas démontrée chez les personnes n’ayant jamais été en contact avec le virus.

Dans un deuxième avis, daté du 7 octobre 2016, le Haut Conseil écrit de même qu‘il n‘est pas favorable à l’utilisation anticipée du vaccin dans les territoires français d’Amérique (Guyane, Martinique, Guadeloupe...).

Le Brésil, qui a une frontière commune avec la Guyane française, a recommandé lundi de limiter l‘utilisation du vaccin, mais sans suspendre sa commercialisation.

Matthias Blamont, Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Matthieu Protard

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below