November 29, 2017 / 11:18 AM / 6 months ago

Zone euro: Risques pour la stabilité contenus mais nombreux, selon la BCE

FRANCFORT (Reuters) - Les risques pour la stabilité financière en zone euro restent contenus, grâce à une reprise qui se généralise, même si le bloc reste confronté à une liste de points de vulnérabilité, selon le dernier rapport de stabilité de la Banque centrale européenne.

Les risques pour la stabilité financière en zone euro restent contenus, grâce à une reprise qui se généralise, même si le bloc reste confronté à une liste de points de vulnérabilité. /Photo d'archives/REUTERS/Russell Boyce

Après 18 trimestres consécutifs de croissance, la conjoncture économique de la zone euro est à son plus haut niveau des dix dernières années, et les principaux indicateurs annoncent que la croissance gagne enfin les Etats périphériques, ce qui pourrait relancer la convergence au sein du bloc.

“L’amélioration des conditions économiques renforce l’hypothèse selon laquelle il n’y a pas de survalorisation généralisée des marchés financiers dans la zone euro”, dit la BCE. “Néanmoins, les risques mondiaux notamment pourraient déclencher des corrections sur les marchés d’actifs financiers avec des répercussions négatives sur la stabilité financière.”

Au chapitre des vulnérabilités figurent un ajustement brutal des primes du risque global, la faible rentabilité du secteur bancaire, les inquiétudes renouvelées sur la dette publique et des risques de liquidité dans le secteur financier non-bancaire, précise la BCE dans son rapport semestriel.

“La poursuite de la compression des primes de risque, ainsi que des signes d’un comportement marqué par des prises de risque plus importants sur les marchés financiers, sont des sources d’inquiétude qui pourraient semer les germes de corrections dans l’avenir”, ajoute la banque centrale.

En réponse aux inquiétudes de l’Allemagne, la BCE juge que les prix sur le marché immobilier semblent globalement en ligne avec les fondamentaux économiques dans l’ensemble du bloc, même si les prix des immeubles de bureaux de premier rang ont continué à progresser au-dessus de leurs moyennes de long terme.

La Bundesbank, qui considère depuis longtemps que la BCE est trop laxiste, estime dans son propre rapport sur la stabilité, publié mercredi, que les prix du logement pourraient être survalorisés de 15% à 30% mais que les risques attachés au crédit immobilier paraissent toujours limités.

Alors que la rentabilité des banques en zone euro s’est un peu améliorée, les valorisations des banques restent faibles, ce qui reflète les doutes concernant leur capacité à dégager des rendements correspondant au coût du capital, dit la BCE.

Il s’agit d’un risque potentiel, sachant que les stocks élevés de prêts non-performants augmentent les chances que de nouvelles banques se voient dans l’obligation d’augmenter leurs capitaux, un exercice coûteux vu les faibles valorisations.

Même si la hausse des rendements obligataires risque également de raviver les craintes sur la dette souveraine, la plupart des pays ont repoussé les échéances de leur dette, ce qui laisse penser que toute hausse des coûts de financement aurait un impact plus progressif que par le passé, dit la BCE.

Balazs Koranyi, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below