November 27, 2017 / 9:16 PM / 5 months ago

Wall Street finit sur une note étale malgré Cyber Monday

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé lundi sur de faibles variations après avoir touché des records en cours de séance, la hausse d’Amazon ayant finalement été contrebalancée par le repli des secteurs des semi-conducteurs et de l’énergie.

La Bourse de New York a terminé lundi sur de faibles variations après avoir touché des records en cours de séance, la hausse d'Amazon ayant finalement été contrebalancée par le repli des secteurs des semi-conducteurs et de l'énergie. L'indice Dow Jones a gagné 0,10%. /Photo prise le 20 novembre 2017/REUTERS/Brendan McDermid

L’indice Dow Jones a gagné 22,79 points, soit 0,10%, à 23.580,78. Le S&P-500, plus large, a perdu un point, soit 0,04%, à 2.601,42. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 10,64 points (-0,15%) à 6.878,52.

Le S&P et le Nasdaq avaient terminé à des niveaux record vendredi à l’issue de la séance raccourcie du “Black Friday”.

En ce “Cyber Monday”, journée de promotions multiples sur les sites de commerce électronique, Amazon a gagné 0,83%, l’un des plus gros soutiens du S&P-500. Le titre a aussi bénéficié de l’annonce d’un accord de sa filiale Amazon Web Services avec AT&T dans le stockage de données (“cloud”).

Adobe Analytics, qui rassemble des données du commerce en ligne, estime que ce Cyber Monday devrait générer 6,6 milliards de dollars (5,5 milliards d’euros) de dépenses des consommateurs américains, plus grosse journée d’achats sur internet aux Etats-Unis, contre 5,6 milliards de dollars en 2016.

L’indice S&P de la distribution a terminé en hausse de 0,60%, après avoir inscrit un record absolu en séance.

“Les investisseurs recherchent les valeurs de distribution, Black Friday et Cyber Monday ayant bien démarré la saison des fêtes de fin d’année, et des statistiques nettement meilleures que prévu de ventes de logements neufs ayant soutenu la cote”, dit Kim Forrest, analyste chez Fort Pitt Capital Group.

Les intervenants ont également réagi à l’annonce d’une hausse inattendue des ventes de logements neufs aux Etats-Unis en octobre, pour atteindre un plus haut de 10 ans en raison d’une demande robuste dans l’ensemble du pays.

Home Depot et Lowe’s ont progressé de respectivement 1,06% et 0,74% en réaction à cette statistique.

A l’inverse, le compartiment des semi-conducteurs a souffert d’une baisse des prix des mémoires NAND au troisième trimestre qui, selon les analystes de Morgan Stanley, annonce la fin du cycle haussier constaté depuis le premier trimestre 2016.

Dans ce contexte, la banque américaine a revu à la baisse sa recommandation sur Western Degital (-6,71%), comme elle l’a fait pour Samsung Electronics en Asie.

Micron Technology (-3,28%) a aussi été affecté par ces inquiétudes, parmi des replis les plus marqués du S&P-500, tout comme Applied Material qui a perdu 1,68%.

L’indice large du secteur a reculé de 1,31%.

Les valeurs de l’énergie ont également limité les gains du jour, dans le sillage du pétrole. L’indice S&P de l’énergie a perdu 1,03%, plus forte baisse sectorielle.

Le brut léger US a reculé à la suite de l’annonce d’une augmentation du nombre de puits en activité aux Etats-Unis sur le mois écoulé, la première depuis juillet, une annonce qui l’a emporté sur la perspective d’une prolongation jeudi à Vienne de l’accord “Opep+” d’encadrement de l’offre mondiale.

Sur le marché des changes, le dollar s’est repris face à un panier de référence, en hausse de 0,15%, en attendant de la reprise des délibérations sur le projet de réforme fiscale de Donald Trump et la confirmation de la nomination de Jerome Powell pour remplacer Janet Yellen à la présidence de la Réserve fédérale. La devise américaine a frôlé son plus bas niveau depuis de neuf semaines en cours de journée.

Aux fusions-acquisitions, le groupe de médias Meredith a bondi de 10,74% au lendemain de l’annonce du rachat de l’éditeur de presse Time (+9,47%), une opération de 1,84 milliard de dollars (1,5 milliard d’euros) bouclée avec le soutien des frères Koch, deux milliardaires conservateurs.

Lewis Krauskopf, Sruthi Shankar et Rama Venkat Raman, Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below