November 27, 2017 / 5:35 PM / 5 months ago

L'éditeur scientifique Springer Nature prépare une IPO en 2018

FRANCFORT (Reuters) - Springer Nature, éditeur de revues scientifiques comme Nature ou Scientific American, a chargé JPMorgan et Morgan Stanley d’organiser son introduction en Bourse de Francfort l’an prochain, qui pourrait le valoriser quatre à cinq milliards d’euros, a-t-on appris de sources informées de ce projet.

La Bourse de Francfort. Springer Nature, éditeur de revues scientifiques comme Nature ou Scientific American, a chargé JPMorgan et Morgan Stanley d'organiser son introduction en Bourse de Francfort l'an prochain, qui pourrait le valoriser quatre à cinq milliards d'euros, a-t-on appris de sources informées de ce projet. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

Springer Nature est une coentreprise de l’éditeur allemand Holtzbrinck, qui en possède 53%, et du fonds BC Partners, qui contrôle le solde du capital.

Elle est issue de la fusion en 2015 entre la division Macmillan Science and Education de Holtzbrinck et l’activité Springer de BC Partners. La création de cette coentreprise était destinée à mieux affronter la concurrence d’autres éditeurs scientifiques comme Relx (ex-Reed Elsevier) et Wolters Kluwer dans un contexte de numérisation croissante des contenus et d’une consultation s’effectuant de plus en plus sur terminaux mobiles.

BC Partners a refusé de s’exprimer sue le projet d’IPO tandis qu’il n’a pas été possible de joindre Holtzbrinck dans l’immédiat. Les banques ont aussi refusé de s’exprimer.

Springer Nature envisage une augmentation de capital de 700 à 800 millions d’euros dans le cadre de cette introduction en Bourse programmée pour l’été prochain, a dit une source.

Selon cette dernière, BC Partners pourrait céder une partie de ses titres via cette IPO tandis que Holtzbrinck pourrait en revanche en acquérir avec l’objectif de conserver une participation supérieure à 40%.

Le but est de parvenir à un flottant d’au moins 25%.

L’essentiel des revenus générés par cette IPO serait consacré à une réduction de la dette, qui s’élève actuellement à environ trois milliards d’euros, l’objectif étant de ramener le ratio d’endettement à 3,75% du bénéfice avant intérêts, taxes, dépréciations et amortissements (Ebitda) après l’IPO, a dit la source.

Springer Nature vise un Ebitda ajusté d’un peu moins de 600 millions d’euros pour 2017, après 564 millions l’an dernier, a ajouté cette source.

Ses concurrents se traitent en Bourse à environ 12 fois le bénéfice brut attendu. Un tel multiple pourrait valoriser Springer plus de 7 milliards d’euros, dette incluse.

Holtzbrinck ne placera pas d’autres pans de ses activités numériques dans Springer Nature d’ici une IPO mais une telle opération pourrait intervenir ultérieurement, a dit la source.

Une vente pure et simple de la coentreprise n’est pas envisagée.

Springer Nature a affiché en 2016 un chiffre d’affaires de 1,62 milliard d’euros. Il emploie 13.000 personnes et publie environ 3.000 revues scientifiques ainsi que 12.000 nouveaux livres chaque année.

BC Partners a déclaré en 2015 viser une IPO de Springer Nature dans un délai de deux à trois ans. L’éditeur était alors valorisé plus de cinq milliards d’euros, dette incluse.

Springer Nature est une entité distincte de l’éditeur allemand Axel Springer.

Avec Dasha Afanasieva; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below