November 27, 2017 / 11:30 AM / 6 months ago

L'Irak propose des contrats pour pétrole et gaz à des sociétés étrangères

BAGDAD (Reuters) - L’Irak a invité lundi des compagnies étrangères à soumettre des offres pour des contrats portant sur l’exploration et le développement de réserves de pétrole et de gaz naturel dans neuf nouveaux blocs, le deuxième producteur d’hydrocarbures de l’Opep après l’Arabie saoudite voulant ainsi augmenter ses capacités.

L'Irak a invité lundi des compagnies étrangères à soumettre des offres pour des contrats portant sur l'exploration et le développement de réserves de pétrole et de gaz naturel dans neuf nouveaux blocs, le deuxième producteur d'hydrocarbures de l'Opep après l'Arabie saoudite voulant ainsi augmenter ses capacités. Sur la photo: Jabbar al-Louaïbi, ministre du Pétrole du pays. /Photo prise le 27 novembre 2017/REUTERS/Thaier Al-Sudani

“Nous invitons toutes les compagnies internationales à participer. Ce nouvel appel d’offres dans l’exploration vise à maximiser les réserves”, a dit Jabbar al-Louaïbi, ministre du Pétrole du pays, lors d’une conférence de presse.

Cinq blocs proposés sont situés dans des zones frontalières avec l’Iran, trois non loin du Koweït et l’un est offshore, dans les eaux du Golfe, montre une présentation faite par des responsables du ministère du Pétrole.

Selon Jabbar al-Louaïbi, ces zones ont été “négligées” par le passé parce qu’elles étaient le théâtre de conflits entre l’Irak et ses voisins dans les années 1980 et 1990.

Les termes des appels d’offres seront finalisés en mai et la cérémonie de lancement de ces appels d’offres est prévue le 21 juin 2018, selon la présentation.

L’avis des compagnies internationales sera pris en compte au moment de la définition des contrats, a poursuivi le ministre du Pétrole.

Les conditions seront différentes des précédents contrats, dont Bagdad ne veut plus étant donné que les versements faits aux entreprises ne prenaient pas en compte les fluctuations des cours du pétrole.

Le budget de l’Irak est financé à plus de 90% par les recettes tirées du pétrole. Les finances du pays ont été durement éprouvées par la chute des cours intervenue à partir de la mi-2014.

“Nous sommes déterminés à apporter des changements significatifs aux nouveaux modèles de contrats d’exploration (...)”, a poursuivi Jabbar al-Louaïbi, ajoutant que la liste des compagnies étrangères retenues sera rendue publique le 29 novembre.

Le ministre du Petrole a dit cette année que la capacité de production de l’Irak devrait atteindre cinq millions de barils par jour d’ici la fin de 2017, soit environ deux fois moins que l’Arabie saoudite.

La capacité actuelle du pays est de 4,8 millions de barils par jour et sa production est de 4,4 millions, le pays se conformant à l’accord conclu par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et une dizaine d’autres nations portant sur la limitation des extractions de brut pour rééquilibrer le marché et soutenir les cours.

Ahmed Rasheed, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below