November 20, 2017 / 9:06 PM / a year ago

Washington porte plainte contre la fusion AT&T-Time Warner

WASHINGTON (Reuters) - Le département américain de la Justice (DoJ) a déposé plainte lundi pour tenter de bloquer le projet de rachat du groupe de médias et de cinéma Time Warner par l’opérateur télécoms AT&T, qui s’est dit certain d’obtenir gain de cause.

Le département américain de la Justice (DoJ) a déposé plainte lundi pour tenter de bloquer le projet de rachat du groupe de médias et de cinéma Time Warner par l'opérateur télécoms AT&T, qui s'est dit certain d'obtenir gain de cause. /Photo d'archives/REUTERS/Jonathan Ernst

Le département américain de la Justice affirme dans sa plainte qu’AT&T, avec cette opération de plus de 85 milliards de dollars (72,4 milliards d’euros), serait en position d’exiger “des centaines de millions de dollars de plus par an” de la part de ses concurrents dans la télévision payante pour avoir accès aux chaînes et aux films de Time Warner.

Une telle situation se répercuterait sur le prix des abonnements des particuliers à la télévision payante aux Etats-Unis, prédit le DoJ.

AT&T, qui espère avec cette acquisition répondre à la concurrence de nouveaux venus dans la vidéo comme Netflix ou Amazon, pourrait aussi avec cette fusion ralentir la transition vers de nouveaux modèles de distribution de contenus, ajoute le département de la Justice.

L’opérateur télécoms, numéro deux de la téléphonie mobile aux Etats-Unis, a dénoncé “une rupture radicale et inexplicable avec des décennies de précédents en matière de concurrence”, selon les termes de son directeur juridique, David McAtee. Ce dernier a affirmé que de telles fusions verticales étaient systématiquement avalisées normalement.

“Nous ne voyons aucune raison légitime pour que notre fusion soit traitée différemment”, a-t-il ajouté, en exprimant sa confiance dans la décision que sera amené à prendre le juge fédéral chargé de la plainte du département de la Justice.

DIMENSION POLITIQUE

Cette initiative du DoJ sur le terrain judiciaire était attendue depuis qu’AT&T a rejeté sa demande sur une cession du réseau de télévision satellitaire DirecTV ou de Turner Broadcasting, maison-mère de CNN, pour dissiper ses inquiétudes en termes de concurrence.

Le directeur général d’AT&T, Randall Stephenson, a affirmé la semaine dernière que son groupe était disposé à engager une bataille juridique si le DoJ cherchait à bloquer ce rachat.

L’opérateur télécoms a annoncé le rachat de Time Warner en octobre 2016, fruit de sa volonté d’enrichir ses offres d’abonnement en contenus avec les chaînes de télévision comme HBO et CNN ou encore les studios de cinéma Warner Bros.

Ce projet a rapidement pris une dimension politique.

Alors en pleine campagne pour l’élection présidentielle aux Etats-Unis, qu’il a remportée le mois suivant, Donald Trump, qui accuse CNN et d’autres médias de lui être défavorables, avait promis que, s’il accédait à la Maison blanche, le département de la Justice bloquerait cette opération.

Des associations de consommateurs et des réseaux de télévision de plus petite taille se sont aussi plaints de ce projet, craignant qu’il ne donne à AT&T un pouvoir excessif en termes de contenus proposés aux Américains.

L’action AT&T a fini sur un gain de 0,38% à 34,64 dollars à Wall Street tandis que Time Warner a abandonné 1,14% à 87,71 dollars.

Bertrand Boucey pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below