15 novembre 2017 / 18:33 / dans un mois

BNP veut accélérer en Europe du Nord et renforcer ses équipes

PARIS (Reuters) - BNP Paribas envisage de renforcer ses équipes dans les pays d‘Europe du Nord et n‘exclut pas de racheter des portefeuilles d‘activités de concurrents si l‘occasion se présente, afin de renforcer ses activités auprès des entreprises et des clients institutionnels en Europe.

BNP Paribas envisage de renforcer ses équipes dans les pays d'Europe du Nord et n'exclut pas de racheter des portefeuilles d'activités de concurrents si l'occasion se présente, afin de renforcer ses activités auprès des entreprises et des clients institutionnels en Europe. /Photo prise le 17 octobre 2017/REUTERS/Denis Balibouse

La banque française cherche ainsi à étendre ses activités dans des pays comme l‘Allemagne, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne ainsi que les pays nordiques pour conquérir des parts de marché dans la banque de financement et d‘investissement auprès des entreprises et des institutionnels qui contribuent pour environ un tiers aux revenus de BNP Paribas.

“Nous n‘excluons pas de racheter des portefeuilles que nos concurrents pourraient proposer de céder”, explique Yannick Jung, le responsable du Corporate Clients Financing and Advisory chez BNP Paribas pour la région Europe, Moyen-Orient et Afrique.

Ces dernières années, BNP Paribas a déjà racheté des portefeuilles dans les dérivés actions à la banque suisse Credit suisse, à la néerlandaise ING ainsi qu‘au Crédit agricole CIB. Le groupe a aussi racheté un portefeuille d‘activités de banque transactionnelle (transaction banking) auprès du britannique Royal Bank of Scotland.

“Si un de nos concurrents en Europe était amené à prendre une décision comme celle de RBS, nous serions les premiers à lever le doigt et dire que nous serions ravis de discuter”, explique Yannick Jung.

Il explique vouloir cibler les pays nordiques où les clients sont moins bien servis par les banques européennes.

En 2015, le britannique RBS a quitté les pays nordiques pour se concentrer sur son marché domestique. A l‘exception de Stockholm, Deutsche Bank a aussi fermé ses agences dans la région.

“La Grande-Bretagne et l‘Allemagne sont des marchés prioritaires où nous avons récemment procédé à des nominations à des postes senior”, explique le responsable de BNP Paribas. “Les pays nordiques sont notre prochaine zone prioritaire de croissance.”

En dépit du ‘Brexit’, BNP Paribas n‘entend pas non plus arrêter ses activités en Grande-Bretagne, elle compte en revanche les développer.

Le Brexit n‘est pas actuellement une raison pour nous de reconsidérer la vision que nous avons sur la Grande-Bretagne.”

Matthieu Protard pour la version française, édité par Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below