2 novembre 2017 / 12:16 / il y a un mois

Les actions hésitantes, le sterling en repli avant la Banque d'Angleterre

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses de la zone euro évoluent en ordre dispersé jeudi à mi-séance, partagées entre des résultats de sociétés diversement accueillis et la prudence qu‘impose l‘imminence de la décision de politique monétaire de la Banque d‘Angleterre (BoE) et l‘attente du choix de Donald Trump pour la présidence de la Réserve fédérale américaine.

Les principales Bourses de la zone euro évoluent en ordre dispersé à mi-séance. À Paris, le CAC 40 perd 0,17% à 5505,11 points à 11h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,21%. A Londres, le FTSE avance toutefois de 0,33%. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

À Paris, le CAC 40 perd 0,17% à 5505,11 points à 11h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,21%. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,24%, l‘EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,24% et le Stoxx 600 de 0,27%.

A Londres, le FTSE avance toutefois de 0,33% à moins d‘une demi-heure de l‘annonce des décisions de la BoE. La plupart des observateurs d‘attendent à ce que l‘institution dirigée par Mark Carney relève son taux directeur, ce qui serait une première depuis plus de dix ans. La livre sterling, elle, se replie sous 1,32 dollar.

Les investisseurs seront à l‘affût de tout indice sur l‘évolution possible de la politique monétaire britannique au cours des prochains mois, dans un contexte compliqué mêlant inflation supérieure à l‘objectif de la banque centrale et signes de ralentissement liés au Brexit.

Parallèlement, les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en très léger recul, la prudence semblant devoir l‘emporter à quelques heures de l‘annonce, prévue pour 19h00 GMT), par Donald Trump de son choix pour la présidence de la Réserve fédérale et avant les résultats trimestriels d‘Apple, première capitalisation mondiale, après la clôture des marchés américains.

Sur le marché des changes, le dollar se replie de 0,21% face à un panier de devises de référence, au lendemain de l‘annonce sans surprise par la Fed du maintien du taux des “fed funds”, qui n‘a fait que conforter le scénario d‘un relèvement en décembre. L‘euro s‘apprécie de 0,3% face au billet vert à 1,1650 dollar.

“Il faudrait, semble-t-il, une détérioration majeure dans les données observées, en commençant éventuellement par la publication du rapport sur le marché du travail vendredi, pour dissuader la Fed de resserrer les taux en décembre”, dit ainsi Lee Ferridge, directeur de la stratégie multi-actifs chez State Street Global Markets.

La décision de Donald Trump sur la présidence de la Fed est attendue dans l‘après-midi aux Etats-Unis, et de source proche du dossier, le locataire de la Maison blanche penche toujours en faveur du gouverneur Jerome Powell.

CREDIT SUISSE MONTE, SANOFI BAISSE

Aux valeurs en Europe, Credit Suisse (+4,48%) brille après ses résultats trimestriels et les déclarations de ses dirigeants sur leur détermination à contrer l‘offensive du fonds activiste RBR Capital Advisors en faveur d‘une scission.

“Ces résultats confirment le redressement de Credit Suisse, avec des gains de parts de marché sur les produits clés, la vigueur des volumes conforte la stratégie de la direction fondée sur une coopération plus étroite entre les divisions pour soutenir la gestion de fortune et la restructuration est au-delà des objectifs”, commentent les analystes de KBW dans une note.

Autre valeur bancaire soutenue par ses résultats, la danoise Danske Bank s‘adjuge 2,02%.

ING cède au contraire 1,04% en dépit de résultats meilleurs qu‘attendu, le titre subissant des prises de bénéfice après un plus haut de neuf ans.

Société générale perd pour sa part 0,78% après des informations de Bloomberg selon lesquelles des dirigeants de la banque sont concernés par l‘enquête de la justice américaine sur les soupçons de manipulation du taux Libor. La banque s‘est refusée à tout commentaire.

En dehors du secteur bancaire, Hugo Boss prend 6,08% après ses trimestriels, marqués par une accélération de la croissance de ses ventes, tandis que Sanofi abandonne 1,68%, l‘une des plus fortes baisses de l‘EuroStoxx 50, après avoir ajusté sa prévision de chiffre d‘affaires dans les traitements du diabète.

En dehors du marché actions, le bitcoin poursuit son envolée: désormais à plus de 7.300 dollars, il a plus que doublé par rapport à son niveau de la mi-septembre.

Le pétrole évolue sur une note hésitante, toujours tiraillé entre la hausse de la production aux Etats-Unis et la volonté affichée de l‘Opep et d‘autres grands exportateurs d‘encadrer durablement l‘offre mondiale. Le Brent revient vers le seuil des 60 dollars le baril après le plus haut de plus de deux ans atteint mercredi à 61,70.

Edité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below